En direct

Le pont d’Arcole fait sa révolution énergétique

le 22/06/2012  |  ParisFrance entièreCollectivités localesOuvrage d'artBâtiment

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Paris
France entière
Collectivités locales
Ouvrage d'art
Bâtiment
Valider
Paris -

Le chantier de l’éclairage du pont d’Arcole se termine le 4 juillet. La révolution technologique est en marche pour l’éclairage de Paris avec l’abandon des lampes à incandescence et l’adoption de la diode (LED) : le pont d’Arcole (1856) n’y échappe pas. « Ce nouvel éclairage conserve la signature lumineuse du monument, jaune et blanc. Mais les consommations énergétiques sont bien moindres par rapport à l’ancienne installation de 1996 », explique Bertrand Richard, président d’Evesa, société qui a remporté le marché à performance énergétique (MPE). La puissance nécessaire à l’éclairage du pont d’Arcole passe de 33,9 kW à 4,1 kW (- 88 %). Deux types d’équipements diodes ont été employés : des barreaux de 3 watts pour le tablier, et des barreaux elliptiques pour les montants. Ces diodes sont censées durer quarante ans.

« En accord avec la carte lumineuse de Paris, nous avons mis en valeur les balustrades avec un blanc froid correspondant au métal, un blanc chaud pour la pierre, et un jaune doré chaud pour les structures métalliques. Ce choix a été approuvé par le Conseil de Paris et l’architecte des bâtiments de France », remarque de son côté Vincent Mérigou, chef de l’éclairage public et des illuminations à la Mairie de Paris. Avec les diodes, les puissances passent pour les rambardes et le tablier de 23,72 kW à 1,35 kW (- 94%), pour les piliers de 0,84 kW à 0,12 kW (- 86%), et pour la structure métallique de 9,36 kW à 2,68 kW (- 71%). Aussi la consommation annuelle d’électricité est en chute libre passant de 55 650 kWh à 7 050 kWh, soit une baisse de 87,3 %. Coût du chantier : 348 000 euros TTC.

Des économies d’énergie

Cette révolution des économies d’énergie, dont l’éclairage du pont d’Arcole est un bon exemple, découle du progrès technologique, mais aussi de procédures administratives innovantes. En charge de l’éclairage public, de la signalisation lumineuse, de l’illumination des bâtiments, la Mairie de Paris a conçu un MPE, signé en juillet 2011, qui a préparé cette révolution. « Au lieu de contracter séparément pour nos trois secteurs, le MPE rassemble tous ces contrats (35 au total) en un seul. Cohérence et interface : nous disposons d’une meilleure visibilité opérationnelle, d’un développement des synergies et d’une mutualisation des métiers », observe Laurent Ménard, directeur de la voirie et des déplacements. Objectif : réduire de 30 % la consommation d’énergie d’ici à 2020, par rapport à 2004, et atteindre les objectifs du Plan climat. Montant du contrat sur dix ans : 672 millions d’euros. Un marché remporté à l’issue d’un dialogue compétitif par un groupement d’entreprises composé de ETDE, Vinci Energie, Satelec, Aximum, dit Evesa.

PHOTO - 651871.BR.jpg
PHOTO - 651871.BR.jpg - © mairie de Paris
Fiche technique

Maître d’ouvrage et maître d’œuvre : Ville de Paris. Coordinateur SPS : Multibat. Serrurier : SECMF. Entreprise : Evesa.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur