En direct

Le plan Campus va doper l’Insa

Laurent miguet |  le 09/12/2011  |  Bas-RhinCollectivités locales

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Bas-Rhin
Collectivités locales
Valider
Strasbourg -

L’Institut national des sciences appliquées (Insa) de Strasbourg a démontré la compatibilité entre la réglementation thermique 2012 et le respect de l’architecture des années 1950. Le geste accompli en 1956 par l’architecte François Herrenschmidt retrouve toute sa netteté dans les façades rénovées par Jost (bureau d’études fluides) et Bernard Poulet (architecte) : les lignes obliques dessinées par la superposition de trois amphithéâtres entrent dans le XXI e siècle avec une isolation par l’extérieur et par l’intérieur.

La société Olry Cloisons a relevé le défi acoustique posé par la forte pente : formés de plaques de plâtre qui enrobent une structure en bois, les pièges à son ne coupent pas la vue sur les professeurs et les tableaux. Signe de l’importance des courants forts et faibles dans ce chantier caractérisé par la protection du courant continu dans les salles de travaux pratiques, le plus important des 18 lots a échu à l’électricien EIE, gestionnaire des comptes prorata.
Les défis techniques se sont cumulés avec le respect des rythmes universitaires.
L’étape, fêtée le 28 novembre par l’inauguration des locaux rénovés, ne laissera guère de répit : « Nous avons rénové un peu plus de 3 000 m 2 . Il nous en reste environ 25 000 », calcule Gilles Caron, ingénieur régional de l’Equipement au rectorat de Strasbourg, maître d’ouvrage.

Campus à l’horizon

Financés dans le cadre du contrat de projets à hauteur de 5,6 millions d’euros HT, les travaux de 2010 et 2011 auront rodé un process qui tournera à plein régime dans l’opération Campus : « Une part importante des interventions à venir pourra prendre la forme d’un copié-collé », estime Marc Renner, directeur de l’Insa.
Signe de la continuité entre les deux opérations, le 25 novembre, l’Insa a choisi le même programmiste : le Lyonnais Jean Salvayre. Avec un budget de 24,3 millions d’euros HT à investir d’ici à la fin de la décennie, la plus importante école d’ingénieurs d’Alsace entend passer le cap des 2 000 étudiants au lieu de 1 500 actuellement, ce qui suppose le passage en catégorie I au regard de la sécurité incendie.
L’importance des moyens financiers n’éblouit pas le directeur : « Nous misons d’abord sur l’optimisation de nos surfaces par une meilleure répartition des charges tout au long de l’année », insiste Marc Renner. Pour les bâtiments neufs, le concours d’architecture peut intervenir à partir de la fin 2012.

PHOTO - 606599.BR.jpg
PHOTO - 606599.BR.jpg - © Melanie Zinck Architecte

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

Date de parution : 06/2019

Voir

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Date de parution : 06/2019

Voir

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur