En direct

Le petit chariot électrique qui réussit à monter les escaliers

Gilles Rambaud |  le 29/11/2013  |  TechniqueBâtimentInternational (hors U.E)

Gravats -

C’est une nouveauté fabriquée au Québec par la société Movex et présentée à Batimat 2013 par son importateur, la société Kavik. Le Track-O est un petit chenillard qui se distingue de ceux existants. D’abord, il est entièrement électrique et puise son énergie dans deux batteries classiques, moins coûteuses que celles au lithium-ion. « Leur autonomie est d’environ trois heures de fonctionnement ininterrompu. En conditions réelles, c’est davantage car le chariot n’est pas tout le temps sollicité. Les batteries se rechargent en soixante minutes, soit le temps d’une pause déjeuner. Il est également possible d’en acheter un jeu de rechange et d’alterner », détaille Franck David, directeur de Kavik. Mais ce ne sont pas les avantages de sa motorisation électrique qui distinguent ce chariot ; c’est sa capacité à monter ou à descendre des escaliers. « La puissance de ses moteurs et la sculpture particulière de ses chenilles en caoutchouc le lui permettent », explique l’importateur. Le Track-O se présente sous la forme d’un simple plateau, auquel il est possible d’adjoindre une benne. Des points d’élingage tout autour du châssis facilitent le passage des sangles destinées au maintien de la charge. Pas de pupitre ni de manette : tout se fait à l’aide d’une radiocommande. « C’est un parti pris pour la sécurité. L’opérateur se tient à distance », décrit Frank David qui insiste sur les conseils de sécurité à suivre : pas de surcharge, un sanglage soigné et une arrivée tout en douceur sur les paliers pour éviter que le chenillard ne bascule d’un coup. Dans ces conditions, le Track-O transporte 300 kg ou 500 kg selon le modèle choisi, qu’il monte le long d’escaliers à 40°. « Nous avons fait des essais dans un immeuble haussmannien. Il passe partout. Comme il tourne sur lui-même par contre-rotation des chenilles, il n’a besoin que de 1,20 m pour manœuvrer. » L’importateur énumère toutes les applications possibles : les démolisseurs qui peuvent monter ou descendre leurs gravats ; les désamianteurs qui apprécieront que le plateau soit au gabarit de leurs big bags ; les électriciens pour leurs tourets et leurs armoires électriques ; les déménageurs, bien sûr ; et tous ceux qui sont confrontés à des escaliers sur leur chantier.

PHOTO - 759757.BR.jpg
PHOTO - 759757.BR.jpg

Commentaires

Le petit chariot électrique qui réussit à monter les escaliers

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur