En direct

Le passage informatique à l'an 2000

le 22/01/1999  |  BâtimentEntreprisesProduits et matérielsNumériqueSécurité et protection de la santé

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Bâtiment
Entreprises
Produits et matériels
Numérique
Sécurité et protection de la santé
Paris
Technique
Equipement
Communication
Valider

La plupart des fabricants d'ordinateurs ont négligé de modifier la totalité des composants informatiques affectés par le passage à l'an 2000. Cela a conduit l'horloge en temps réel des PC à confondre 2000 et 1900, et risque de bloquer le fonctionnement de certains logiciels. Si toutes les grandes entreprises publiques ou privées sont pour la plupart bien avancées dans leurs travaux de connexion des logiciels, matériels et systèmes techniques, ce n'est guère, semble-t-il, le cas des PME/PMI et TPE dont la mobilisation insuffisante est préoccupante à 350 jours de la date fatidique du 1er janvier 2000.

Quels sont les matériels concernés ?

De façon générale, les différents systèmes informatiques qui gèrent toutes les activités de gestion de l'entreprise. Mais également tous les systèmes techniques qui utilisent des processus de traitement d'informations numériques dans leur fonctionnement, leur contrôle ou leur pilotage. En fait, tous les systèmes équipés de microprocesseurs sont concernés par le passage à l'an 2000. Ce qui signifie que, sans vérification complète des matériels, les entreprises, les services publics, les particuliers encourent des risques sérieux.

Quelles seraient les conséquences ?

Risque de dysfonctionnements graves sur le plan de la sécurité (sécurité des bâtiments, du travail), de la production et sur le fonctionnement commercial (calculs et virements erronés).

Risque juridique si la responsabilité des entreprises est engagée envers leurs fournisseurs.

Risque d'à-coups de production. Ceci concerne aussi bien sûr les services publics comme : - la défense et la sécurité du territoire, les systèmes de communication gouvernementaux, la police, la gendarmerie, les services de secours, la santé, le contrôle aérien, la circulation routière, le versement des prestations, etc. ; - les fonctions de régulation et de contrôle de l'eau, de l'énergie, des télécommunications, des sites sensibles...

Risques de pannes dans la vie quotidienne avec le blocage d'appareils dotés de microprocesseurs à horloge programmable : contrôle et régulation du chauffage, appareils courants (magnétoscopes, alarmes, électroménager), sécurité des accès (digicodes, accès au garage...), gestion des bâtiments, ascenseurs, détection d'incendie, téléphones, fax, micro-ordinateurs.

Risque au niveau international du fait des communications en réseaux : toute entreprise pourra subir les contrecoups des défaillances d'entreprises clientes étrangères.

Quelles sont les parades ?

Vérifier les systèmes d'information. S'il s'agit de progiciels déjà installés, traitant les principales fonctions de gestion (comptabilité, stocks, facturation, paie, etc.) et de bureautique (traitement de texte, tableur, etc.) les coûts de mise à réseau sont limités et des versions compatibles à l'an 2000 sont, ou devraient être bientôt, proposés par les éditeurs. En revanche, pour les applications sur mesure, réalisées le plus souvent par des prestataires locaux, des frais plus élevés sont à prévoir. Ne pas oublier l'environnement des matériels et logiciels de base sur lequel reposent ces applications.

Demander aux spécialistes de venir vérifier les systèmes techniques comportant de l'électronique embarquée (systèmes de production, de fourniture de fluides, bâtiments et systèmes de sécurité). Attention ici aux installateurs ne maîtrisant pas toujours l'électronique des équipements.

Un plan de sensibilisation en dix points

Les pouvoirs publics ont prévu un programme à destination des PME-PMI et des TPE dont les points clés sont les suivants :

- Un comité national sur le passage à l'an 2000 réunira dès ce mois-ci les représentants des acteurs publics et privés.

- Un centre national d'information sensibilisera les entreprises. Edition d'un guide pratique destiné à faciliter les tests des micro-ordinateurs.

- Mise en place d'un baromètre pour évaluer le niveau de préparation des entreprises à l'an 2000.

- Des plates-formes d'information locales aideront en région les entreprises à se préparer à la gestion d'éventuels sinistres.

- Une brochure va être adressée aux 2,2 millions de PME de moins de 200 salariés avec des informations sur les travaux d'adaptation à effectuer.

- Un groupe interministériel réunira mensuellement les hauts fonctionnaires sur l'état d'avancement de l'administration.

- Le Code des marchés publics sera modifié pour accélérer le traitement par les administrations de contrats liés aux travaux à partir de l'an 2000.

- Les mesures fiscales (facilités d'amortissement des investissements) adoptées pour le passage à l'Euro seront appliquées à l'an 2000 et le droit du travail assoupli pour faciliter la tâche des informaticiens.

- 2 500 ingénieurs et techniciens seront formés à la correction du bogue.

- Lancement dès janvier d'une campagne radio, associée à un guide méthodologique « An 2000 » et à un nouveau site Internet : www.urgence2000.gouv.fr chargé d'expliquer les problèmes techniques.

A RETENIR

Quand ?

Se préoccuper du problème dès à présent car, menée au dernier moment, l'opération peut se révéler très coûteuse, voire dangereuse pour l'entreprise.

Comment ?

Tous les systèmes informatiques et techniques doivent être inspectés de façon exhaustive et minutieuse : les équipements, les logiciels et les fichiers de données.

Où ?

Demander immédiatement et par écrit aux équipementiers et aux éditeurs de logiciels la confirmation de leur conformité à l'an 2000 du matériel, des logiciels de base et des progiciels.

POUR EN SAVOIR PLUS...

Contacts

Tous les syndicats et fédérations professionnels à Paris et en région.

Chambres de commerce et d'industrie. A Paris : 27, avenue de Friedland, 75008 Paris, tél. : 01.42.89.70.00, fax : 01.42.89.75.99.

Chambres des métiers. Assemblée permanente des chambres de métiers : 12, avenue Marceau, 75008 Paris, tél. : 01.44.43.10.56 ; fax : 01.47.20.34.48.

Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) : 10, terrasse Bellini, 92806 Puteaux Cedex, tél. : 01.47.62.73.73, fax : 01.47.73.08.86.

Direction régionale de l'industrie, de la recherche et de l'environnement (Drire). En Ile-de-France : 8-10, rue de Crillon, 75194 Paris Cedex 04, tél. : 01.44.59.49.49, fax : 01.44.59.47.00.

Club informatique des grandes entreprises françaises (Cigref) 21, avenue de Messine, 75008 Paris, tél. : 01.56.59.70.00, fax : 01.56.59.70.01.

Ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, 35, rue de Bercy, 75572 Paris Cedex 12, tél. : 01.40.04.04.04 et services régionaux.

Syntec Informatique, 3 rue Léon-Bonnat, 75016, tél. : 01.44 30.49.70, fax : 01.42.88.26.84.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil