En direct

Le parc des Princes, un stade inscrit dans l'urbanité
Parc des Princes à Paris - © © Bouygues

Le parc des Princes, un stade inscrit dans l'urbanité

CATHERINE SABBAH |  le 03/06/2010  |  ParisTransportsSportArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réalisations
Paris
Transports
Sport
Architecture
Valider

Construit entre 1968 et 1972, en même temps que le boulevard périphérique parisien, juste au-dessus des voies, le parc des Princes semble organiquement attaché à cette infrastructure.

Aux yeux des usagers du périphérique parisien, la grosse coquille de béton fait juste partie du paysage. Le parc des Princes surgit à la sortie d'un tunnel et disparaît à nouveau alors que l'on plonge dans ses entrailles. Pourtant, ce stade inauguré en 1972 est unique à plus d'un titre. Par son emplacement : construit à la place d'un ancien équipement sportif, il est planté en plein XVIe arrondissement. Même contraste entre sa structure de béton brut, moderne dans sa forme, et les matériaux qui font la couleur de la porte d'Auteuil, la brique et la pierre de taille. Son échelle, enfin, aurait pu déséquilibrer tout son environnement. Mais non ! Car le parc des Princes n'a justement jamais rien eu à voir avec cet environnement. Construit entre 1968 et 1972, en même temps que le boulevard périphérique, juste au-dessus des voies, il semble organiquement attaché à cette infrastructure. La courbe même du "Chaudron", comme le surnomme son architecte, renvoie comme un miroir au ceinturage de Paris. "Le tracé du périphérique passait au milieu de l'ancien parc des Princes qui datait de 1897, explique Roger Taillibert, le concepteur du projet. Je venais de finir les équipements sportifs de Font-Romeu ; ce défi urbain m'a tout de suite plu."

Une architecture dictée par la technique

Sur quatre petits hectares, le programme prévoit un équipement de 50.000 places assises et couvertes. Cette étroitesse du terrain ainsi que les contraintes techniques liées à son emplacement en pleine ville ont dicté à l'architecte une forme refermée sur elle-même qui satisfait par ailleurs sa conception du spectacle sportif. Pour gagner de la place, il imagine une structure sans étais qui soutiendra les 17.000 m2 de couverture. Ce système rend inutiles les poteaux porteurs et assure une visibilité parfaite aux caméras comme aux spectateurs, où qu'ils se trouvent. L'ossature est constituée de 50 portiques de 25 tonnes chacun, en porte-à-faux, reliés entre eux par un bandeau horizontal à 28 mètres de hauteur. Les éléments qui les composent (1.800 voussoirs, piliers et consoles) sont préfabriqués puis assemblés au fur et à mesure de l'avancement des travaux : d'abord collés à la résine, puis solidifiés définitivement par précontrainte.
Pour la première fois, l'invention de Freyssinet passe du génie civil à l'architecture. "Je me souviens que nous avons rencontré les pires difficultés pour réaliser en grandeur nature cette maquette que tout le monde trouvait fantastique et simplissime, raconte Roger Taillibert. Les assurances ne garantissaient pas le porte-à-faux au-delà de 20 mètres, alors que nos portiques en mesuraient 48. Il a fallu mener le combat jusqu'au Conseil de Paris pour l'emporter. Mais je ne voulais pas de poteaux ni de grands candélabres, et il fallait abriter toutes les places et éclairer la pelouse." D'autres contraintes techniques ont guidé sa création architecturale : la double ondulation qui imprime un si joli mouvement à la toiture sert d'abord à évacuer les eaux pluviales via les portiques qui sont tous creux. Le choix des escaliers plutôt que des escaliers mécaniques tient au manque de place. L'ellipse du stade sert avant tout les angles de prise de vue des caméras de télévision. Enfin, les emplacements des portiques plantés tous les 12 mètres sont dictés par les contraintes des caissons vides installés entre le périphérique et le stade.

Une rénovation dictée par l'économie

Jusqu'en 1998, le parc a vieilli tranquillement, sans heurt ni intervention extérieure. Très vite, il ouvre ses portes à d'autres événements que les matchs, et accueille, dans les vestiaires, des mannequins (défilé Yves Saint Laurent en 1980) ou des chanteurs (Michael Jackson en 1988, et, à nouveau en 1997) et dans les coursives, des brocantes... Pour préparer le grand événement de la Coupe du monde 1998, la société d'exploitation du Parc, la Sese (filiale de Canal+ à 100 %), a rajeuni l'éclairage, remplacé tous les sièges, rénové les salles de presse et installé des écrans géants. Le projet de rénovation, dessiné par Taillibert au début des années 2000 et réalisé depuis, a changé un peu plus radicalement l'architecture de l'ensemble. A l'intérieur, les coursives sont vitrées, et de nouveaux salons aménagés. A l'extérieur, adieu le béton, une sorte de soucoupe volante transparente vient s'installer à l'entrée du stade, ajoutant comme un auvent ou une visière. Abritant à la fois le siège social du club de foot résident, le PSG, une boutique de produits dérivés et des restaurants, cet espace, physiquement détaché du stade pour des raisons de sécurité, y est relié par plusieurs passerelles. "Nous avons donné une entrée au stade qui n'en avait pas. Elle est en verre et ne vient donc pas perturber la vision du stade", justifie Roger Taillibert. A l'inverse de son désormais concurrent installé à Saint-Denis, le parc des Princes demeure pour l'instant un "petit stade" urbain.

Plus d'images sur le site Internet officiel : www.leparcdesprinces.fr

Vue aérienne
Vue aérienne - © © Bouygues

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil