En direct

Le nouveau Juraparc entonne un hymne au bois
Les poutres maîtresses ont été assemblées sur place en deux moitiés, au moyen d’un procédé spécifique à la PME Simonin. - © EDOUARD BARRA / LE MONITEUR

Le nouveau Juraparc entonne un hymne au bois

le 22/10/2018  |  JuraBoisEiffage construction

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Technique
Jura
Bois
Eiffage construction
Valider

A Lons-le-Saunier (Jura), la salle multifonction de ce parc animalier et de divertissement, frappée par un incendie, s'offre une reconstruction en bois local. Livraison en novembre prochain.

Le bois s'offre une vitrine sur ses terres de prédilection. Epicéas et sapins du Jura sont au cœur de la reconstruction de la salle multifonction Juraparc, à Lons-le-Saunier, qu'un incendie avait détruite en majeure partie en 2015. Eiffage Construction Franche-Comté, mandataire du groupement formé avec AA Group (architecte), les bureaux d'études Cetec Ingénierie, Enebat, Teckicéa (structure bois) et Engie (maintenance) achèvera l'opération de 10,4 M€ TTC en novembre 2018, dans le respect du délai de vingt mois (sept mois de conception et treize de construction) fixé par le marché global de performance de la Ville.

Le recours au bois, a fortiori local, n'était pas imposé, mais la prise en compte de l'énergie grise a pesé en sa faveur.

300 m3 de lamellé-collé.

« Nous avons abordé ce projet comme l'opportunité de mettre en œuvre une filière de circuit court en bois, avec les ressources et entreprises du territoire », souligne Anthony Tencé, directeur d'Eiffage Construction Franche-Comté. Ainsi, 300 m3 de lamellé-collé constituent les poutres maîtresses, qui présentent une importante portée de 38 mètres. Préfabriquées par Simonin, à Montlebon (Doubs), elles sont assemblées sur place en deux moitiés, au moyen d'un procédé spécifique à la PME : des tiges filetées en acier insérées dans le bois concentrent les efforts, l'ensemble étant revêtu d'une résine epoxy et se calant sur la maçonnerie au moyen de deux poteaux métalliques, encastrés avant le levage de la charpente.

Au centimètre près.

« Ce système bien adapté aux grandes portées optimise la dimension nécessaire des sections de bois, donc la consommation de matière. L'assemblage au faîtage qu'il implique impose un calepinage très précis : la tolérance d'erreur n'était que d'un centimètre », souligne Sylvain Rochet, gérant de Teckicéa. Outre la charpente, l'ossature bois constitue les murs à partir de 2 m de hauteur, après un premier niveau en béton. L'isolation sur 40 cm d'épaisseur, par laine de roche et de verre et enduit - un complexe en paille jouant le rôle de correcteur acoustique - procure une résistance thermique de 4 m2 .K/W, qui répond aux exigences de performance énergétique : une consommation de 150 kWh/m2.an, soit - 29 % par rapport à l'ancien bâtiment.

Le nouveau Juraparc a été réalisé en BIM, au stade de la conception mais aussi du chantier, dans le cadre d'un appel à projets du Plan transition numérique dans le bâtiment. Il va se déployer sur 5 400 m2 , modulables en cinq salles, dont 4 200 m2 neufs. Son hall d'accueil, lui aussi en charpente bois, assurera la transition avec la partie conservée.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

DICOBAT 10 E EDITION

DICOBAT 10 E EDITION

Date de parution : 03/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur