Le négoce demande un «Plan Marshall» pour le Bâtiment
Réunion annuelle de la FNBM - © © DR

Le négoce demande un «Plan Marshall» pour le Bâtiment

Paul Falzon |  le 28/11/2013  |  BoisImmobilierHygiène

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Négoce
Bois
Immobilier
Hygiène
Valider
Bois et matériaux -

Réunie pour son déjeuner annuel, la Fédération du négoce de bois et des matériaux de construction (FNBM) s’est mobilisée pour des mesures de soutien de l’activité, une stabilisation du dispositif FEE Bat et une clarification de la loi sur les délais de paiement.

Le rendez-vous traditionnel de la FNBM au Pavillon Dauphine, ce 27 novembre, s’est une nouvelle fois tenu sous le signe d’une conjoncture morose. Le président de la fédération, Géraud Spire, a estimé le recul du négoce bois et matériaux à 5% pour cet exercice 2013, après une baisse de 3,5% en 2012. Les perspectives pour 2014 s’annonçant déjà compliquées, la FNBM a appelé les pouvoirs publics à soutenir massivement l’activité. «Le temps n’est plus aux mesures de saupoudrage à la virgule près, a pointé Géraud Spire dans son allocution. C’est à un véritable Plan Marshall pour le bâtiment que le gouvernement doit s’atteler.»

Et le président de la FNBM de lister les pistes d’actions à court terme : soutien aux trésoreries des entreprises et artisans du bâtiment par une accélération des règlements et une mise à disposition de financements ; élargissement maximum de la notion de «travaux induits» pour les chantiers de rénovation énergétique ouvrant droit à la TVA à 5,5% ; extension des aides fiscales pour l’éco-rénovation à l’ensemble des foyers fiscaux, sans conditions de ressources ; prolongation de ces aides jusqu’en 2016 pour accompagner le marché dans la durée.

Délais de paiement : maintenir les équilibres

Cette idée d’une stabilisation des dispositifs dans le temps a été l’une des idées fortes défendues par Géraud Spire. Soulignant que la filière bâtiment a dû apprendre, ces dernières années, à «naviguer à vue», le président de la FNBM a demandé au gouvernement un cap clair sur plusieurs sujets. Le premier concerne le dispositif FEE Bat et les certificats d’économie d’énergie : «Ne contrarions pas aujourd’hui un processus qui fait l’unanimité», a plaidé Géraud Spire, en rappelant que les enseignes de négoces se sont «insérées avec enthousiasme» dans la démarche en multipliant les mécanismes d’accompagnement de leurs clients dans les dossiers CEE et RGE.

Les délais de paiement sont un autre sujet sur lequel le négoce bois et matériaux attend de la stabilité. Alors que la filière bâtiment avait su se mettre d’accord sur une entrée en vigueur progressive des règles exigées par la loi LME (2008), les pratiques «non amicales» de certains clients et fournisseurs viennent fragiliser les trésoreries du négoce. «C’est ce travers et uniquement celui-ci que le législateur doit corriger afin de permettre au secteur du BTP de retrouver une certaine sérénité», a estimé Géraud Spire, en espérant que le projet de loi «Consommation» actuellement examiné par le Parlement apporte les éclaircissements demandés.

Un objectif de convergence des fédérations de négoce

La stabilité pour agir, Géraud Spire l’a obtenue en interne en étant réélu ce 21 novembre à la présidence de la FNBM, tandis que la vice-présidence était confiée à Marie-Laurence Arnout (Tout Faire) en remplacement de Marc Chambost. Pour ses trois prochaines années de mandat, le dirigeant s’est fixé trois priorités, a-t-il indiqué en conférence de presse. D’abord «un approfondissement des actions déjà engagées» par la fédération, dont la problématique convergence des conventions sociales du Bois et des Matériaux de construction – un accord de méthode fixant les étapes de ce rapprochement doit prochainement être validé par les instances compétentes.

Deuxième objectif, le «rassemblement de la filière des distributeurs des produits du bâtiment», peut-être «sous des formes différentes de ce qui a été fait pour les Bois et Matériaux» : le président de la FNBM revendique le soutien de plusieurs autres fédérations de négoce, alors que le résultat des discussions avec la Fnas (sanitaire-chauffage) n’est pas encore annoncé. La troisième priorité pour Géraud Spire sera de «faire émerger des volontaires» pour prendre sa suite à la présidence de la fédération à la fin de ce dernier mandat, en 2016.

Commentaires

Le négoce demande un «Plan Marshall» pour le Bâtiment

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil