En direct

Le musée de Cassel achève sa mue

Jean-Yves Méreaux |  le 23/04/2010  |  NordCollectivités locales

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Nord
Collectivités locales
Valider
Nord -

Aquelques mois de sa réouverture en octobre, le chantier du musée départemental de Cassel prend un tournant décisif avec l'achèvement du second œuvre. L'aménagement muséographique confié à Didier Blin va s'engager. Avant cela, de lourds travaux de confortation menés par Vincent Brunelle, architecte en chef des Monuments historiques, ont été nécessaires.

Le bâtiment désossé

Le bâtiment du XVI e siècle de style Renaissance, dit Hôtel de la Noble cour, car il abritait la cour de justice, était bien malade. Classé monument historique en 1910, il était fermé au public depuis treize ans. Les poutres affaiblies dans leurs embouts étaient désolidarisées des façades. On avait doublé celles-ci de l'intérieur d'un parement de brique sans le chaîner à la maçonnerie principale : de fait, ils ne portaient plus les poutres.
Il a fallu désosser le bâtiment, démonter planchers et plafonds pour l'étayer de bas en haut. Le doublage de brique a été agrafé dans les façades et les embouts de poutres pourris repris dans des techniques différentes. Une seule poutre a dû être changée entièrement. De même en charpente. Sur le solivage restitué ont été placés des planchers coopérants. Des contacteurs ont été vissés dans les solives avant la pose d'un aggloméré, d'un isolant et d'un treillis métallique. Un béton a noyé le tout, donnant une planéité parfaite aux sols qui peuvent maintenant recevoir sur lambourdes les planchers anciens, démontés et restaurés. La salle de justice a déjà retrouvé son chêne en point de Hongrie.
Ce démontage a été mis à profit pour créer un escalier de secours en béton et pour reprendre les fondations en sous-œuvre (par longrines en façade principale et micropieux à l'arrière) afin de résorber les tassements différentiels.
Dans les salles débarrassées provisoirement de leurs boiseries et de leurs plafonds, plomberies et câblages ont été passés, soit dans des faux plafonds centraux qui laisseront apparents au long des murs les sabots de poutres sculptés, soit derrière les boiseries qu'il a fallu reprendre et réajuster aux nouvelles dimensions des pièces. Un chantier digne de ce monument des Flandres, pour un budget de 7,5 millions TTC portés notamment par le conseil général du Nord et l'Etat pour la partie monument historique.

PHOTO - 319537.BR.jpg
PHOTO - 319537.BR.jpg - © c. bonamis / musée departemental de flandre
Fiche technique

Maîtrise d'ouvrage : conseil général du Nord.
Maîtrise d'œuvre : Vincent Brunelle.
Entreprises : Lefebvre-Eiffage (maçonnerie), Asselin (charpente), Galland et Perrault (menuiseries).

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur