En direct

« Le modèle de l’Orcab n’est pas assez reconnu »
Denis Schoumacher, le directeur général de l'Orcab. - © © DR

« Le modèle de l’Orcab n’est pas assez reconnu »

Florent Maillet |  le 14/12/2015  |  Artisans

INTERVIEW.  L’Orcab, qui fête ses 25 ans, rassemble les coopératives d’achat des artisans du bâtiment, un système alternatif au négoce. Son directeur général, Denis Schoumacher, détaille les défis d’une organisation en croissance.

Vous avez fêté en 2015 les 25 ans de l’Orcab. Dans quel état d’esprit êtes-vous ?

Denis Schoumacher, directeur général  de l’Orcab. – « 2015 est une année chargée en symbole, puisque nous avons aussi fêté, en octobre dernier, l’adhésion d’une 50e coopérative, Compa Bois, à Chécy, près d’Orléans ! Je dirais que nous sommes arrivés à un point de bascule vers l’âge adulte. L’Orcab est constituée de bâtisseurs qui ont su faire preuve de beaucoup de réactivité pour grandir et se développer, dans les trois secteurs que sont le bois et dérivés, le sanitaire-chauffage-électricité, et le gros œuvre. Il nous faut maintenant nous doter d’outils plus modernes. Au niveau du référencement fournisseurs comme de la logistique, nous devons répondre à une demande soutenue des artisans en matière de disponibilité produits. Historiquement, l’Orcab est plutôt stockiste. Sur 750 millions € de chiffre d’affaires, nous avons recensé 100 M€ de stock. Notre stock est à la fois puissant et lourd. Nous devons désormais mieux l’organiser, l’optimiser, sans déshabiller les stocks locaux. »

Quelles sont vos pistes de travail ? L’informatique ?

D.S. – « Oui, nous avons un gros chantier informatique à mener, en répondant toujours à cette question simple : comment pouvons-nous faciliter la vie de l’artisan ? Notre base commune d’articles compte pas loin de 100 000 références, dont 30 000 produits sont actifs en permanence. C’est un outil centralisé et qui est déjà dans une logique de PIM (product information management, NDLR) c’est-à-dire qu’il associe à l’article toutes les informations techniques, les conseils de pose,  etc. Derrière cela, nous sommes équipés d’un logiciel de négoce dans 35 coopératives. C’est un outil Open Web qui permet des commandes en ligne. L’étape suivante sera de nous équiper d’un ERP (progiciel de gestion, NDLR), que certaines de nos coopératives ont « short listé ». Nous avons déjà mené un virage culturel en matière informatique. Nous disposons d’une base commune [...]

Cet article est réservé aux abonnés, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

« Le modèle de l’Orcab n’est pas assez reconnu »

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX