En direct

Le métro à la croisée des chemins
Le GPE, avec 200 km de lignes (dont 90% en souterrain), 68 gares et un coût de 35,6 Mds € HT (valeur 2012), devrait être construit en vingt ans. - © SOCIÉTÉ DU GRAND PARIS / MAI 2020

Le métro à la croisée des chemins

NATHALIE MOUTARDE |  le 25/06/2020  |  Ile-de-FranceGrand Paris ExpressSociété du Grand ParisChantiersTunnelier

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Grand Paris
Ile-de-France
Grand Paris Express
Société du Grand Paris
Chantiers
Tunnelier
Valider
Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement lemoniteur.fr - édition Abonné

Grand Paris -

Après dix ans de décisions politiques, de procédures administratives et de montée en puissance des travaux de génie civil, le chantier du siècle aborde une nouvelle phase. Il entame désormais une course de fond pour tenir l'objectif d'un achèvement en 2030.

 

Sans la réédition, fin mai, du livre de Pascal Auzannet « Les secrets du Grand Paris » (1), le dixième anniversaire de la loi du 3 juin 2010 sur le Grand Paris serait sans doute passé totalement inaperçu. Ce texte a pourtant donné le coup d'envoi du Grand Paris Express (GPE), en créant un établissement public d'Etat - la Société du Grand Paris (SGP) - chargé de concevoir, réaliser et financer un métro automatique en rocade autour de la capitale. Avec ses 200 km de lignes (dont 90 % en souterrain), ses 68 gares et son coût de 35,6 Mds € HT (valeur 2012), ce projet, souvent qualifié de « pharaonique », devrait être construit en vingt ans. En février 2018, le gouvernement Edouard Philippe a confirmé la réalisation de l'intégralité du réseau à l'horizon 2030, tout en recalant les dates de mise en service de certains tronçons.

Le chantier du siècle se trouve donc aujourd'hui à mi-parcours. Le travail déjà accompli est considérable : adoption du schéma d'ensemble en 2011, obtention des déclarations d'utilité publique des différentes lignes entre décembre 2014 et mars 2017, puis montée en puissance progressive des travaux de génie civil à partir de 2016. En 2019, le projet prend le virage de l'industrialisation. Fin décembre, quelque 150 chantiers jalonnent le tracé du futur métro. Pas moins de 14 tunneliers sont, soit en action, soit en cours de montage.

  • 6 500 salariés sur les chantiers du GPE fin 2019, 1 647 en insertion depuis 2016.
  • Près de 4 000 entreprises bénéficient des commandes liées au GPE, dont 2 900 TPEPME pour 1,21 milliard d’euros (hors ligne 14 sud).
  • 1 117 marchés notifiés par la SGP à ce jour pour 12,8 milliards d’euros, dont 151 en 2019 pour 914 millions d’euros.
  • 15,2 milliards d’euros engagés à ce jour sur le périmètre du GPE.

[...]

Cet article est réservé aux abonnés, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Fabriquer la ville durable

Fabriquer la ville durable

Date de parution : 06/2020

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur