En direct

Le matériel français pour la réfection du réseau secondaire
PHOTO - 737503.BR.jpg - © Source : CISMA
Evénement

Le matériel français pour la réfection du réseau secondaire

Dossier réalisé par Hakim Bendaoud |  le 06/09/2013  |  Matériel de chantierGardEuropeFrance entièreMayenne

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Matériel de chantier
Gard
Europe
France entière
Mayenne
International
Gers
Valider

Le répandeur-gravillonneur synchronisé (RGS) est surtout apprécié par les Français. Pour séduire à l’export, les constructeurs misent sur des machines de grande capacité.

Qu’il s’agisse de réparer des nids-de-poule, de combler des fissures ou de poser des enduits superficiels d’usure, le répandeur-gravillonneur synchronisé (RGS), également appelé Point à temps automatique (Pata), est la machine par excellence de réfection des routes communales et départementales. Sa mission principale : la pose de « patchs » routiers. Créé en 1983 par Secmair (aujourd’hui entré dans le giron du groupe Fayat), le RGS dispose de nombreuses qualités, mais il faudra attendre les années 1990 pour convaincre les clients et voir le marché décoller. Depuis, « d’une année à l’autre, les ventes doivent osciller entre une quarantaine et une centaine d’unités », estime Renaud Buronfosse, délégué général du Cisma, le syndicat français des fabricants de matériels. La variation est énorme, mais elle peut facilement s’expliquer, surtout en période de crise, quand on sait que le prix d’une machine se situe entre 200 000 et 300 000 euros. Beaucoup de clients (communes, communautés de communes, conseils régionaux, grands groupes de travaux publics et entrepreneurs locaux) ont préféré, au cours de ces dernières années, reporter leurs achats.

Le marché du RGS est un marché de niche que se partagent trois fabricants français (Secmair, Acmar et CTP Constructeur), auxquels s’est joint l’allemand Schäfer. C’est aussi un marché principalement hexagonal. De l’Allemagne au Mexique en passant par la Pologne ou l’Italie, la très grande majorité des pays n’a pas cette culture de l’entretien du réseau secondaire. Difficile, donc, de compter sur l’export pour trouver de nouveaux relais de croissance, à moins de développer la capacité des machines, avec des porteurs de 44 t par exemple afin que ces dernières soient capables de réaliser des travaux d’enduits superficiels en pleine largeur. Ces RGS à grande production représentent une tendance forte qui devrait être amenée à se développer dans les prochaines années.

PHOTO - 737503.BR.jpg
PHOTO - 737503.BR.jpg - © Source : CISMA
PHOTO - 737504.BR.jpg
PHOTO - 737504.BR.jpg - © Au 1er janvier 2011 - Source : Ministère de l’Ecologie
Les 4 principaux acteurs Secmair

CA 2012 : 17,5 millions d’euros
Effectifs : 83

Propriété du groupe Fayat depuis 2008 où il fusionne avec Rincheval, le numéro 1 du marché est l’inventeur du RGS. Lorsqu’il présente sa machine, en 1983, Secmair entend bien révolutionner le métier de la maintenance des chaussées. La direction départementale de l’équipement du Gers a été la première à s’équiper d’une machine, et les professionnels l’avaient même baptisée la « Gers ». Celle-ci fonctionnait alors en marche arrière.

Acmar

CA 2012 : 10 millions d’euros
Effectifs : 65

Acmar est présent sur le marché des RGS depuis les années 2000. L’entreprise, qui a construit sa réputation avec les épandeuses de liants, conçoit et fabrique toutes ses machines sur son site de Craon, dans la Mayenne. Parmi ses derniers développements, Acmar a dessiné un RGS de grande capacité, monté sur un porteur à cinq essieux, actuellement testé en Suisse.

CTP Constructeur

CA 2012 : 5 millions d’euros
Effectifs : 35

Fondée en 1989 et installée à proximité d’Alès (Gard), Concept Travaux publics, qui n’était lors de sa création qu’une société à vocation commerciale, développe et produit ses propres machines pour l’entretien des routes depuis 1995 et devient CPT Constructeur. C’est le troisième et dernier constructeur français de RGS, marché sur lequel il évolue depuis 2006.

Schäfer Technic

CA 2012 : 12 millions d’euros
Effectifs : 49

L’entreprise allemande ne dispose d’aucun site de production, ni même d’un bureau d’études en France. Ce qui ne l’empêche pas d’y proposer ses machines depuis six ans. À la différence de ses homologues français, Schäfer Technic est uniquement positionnée sur les RGS de grande production. Pour l’instant, tous ses clients français ont opté pour la location le temps d’un chantier, offre commerciale que propose sa filiale.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur