En direct

Le marché immobilier britannique poursuit son ralentissement

Defawe Philippe |  le 02/06/2005  |  EuropeImmobilierMarchés publicsRéglementation

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
Europe
Immobilier
Marchés publics
Réglementation
Valider

Le marché continue de progresser mais la hausse des prix de l'immobilier est ressortie en mai à son plus bas niveau depuis août 1996, selon des chiffres publiés jeudi par la banque Nationwide.

En glissement annuel, c'est-à-dire par rapport à mai 2004, les prix ont progressé de 5,5% en mai, contre 7% en avril.
Sur un mois, c'est-à-dire par rapport à avril 2005, les prix ont progressé de seulement 0,3% en mai, contre 0,9% en avril.
Sur les trois derniers mois, les prix ont progressé de 0,2% en moyenne d'un mois sur l'autre, alors que le rythme de hausse était de 1,7% sur la même période il y a un an.

"Ces chiffres confirment la tendance observée depuis le début de l'année et l'opinion de Nationwide que le marché de l'immobilier ralentit progressivement", a commenté Fionnuala Earley, économiste de la banque.

Les premiers signes d'un ralentissement du marché de l'immobilier sont apparus l'été dernier en Grande-Bretagne. Il était souhaité par la Banque d'Angleterre (BoE), qui a relevé son taux d'intérêt directeur à cinq reprises entre novembre 2003 et août 2004, le portant finalement à 4,75%, pour prévenir une surchauffe du marché.
Les économistes divergent sur la question de savoir si le marché va continuer de ralentir doucement, ce que souhaite la BoE pour éviter un krach qui serait désastreux pour l'économie britannique, ou si une correction brutale des prix reste à venir.
"Dans la mesure où il est désormais évident que le coup de frein de la consommation des ménages commence à avoir des conséquences sur le marché du travail, et face à de probables hausses d'impôts et à une faible demande de nouveaux emprunts immobiliers, il est probable que nous en sommes seulement au premier stade de la correction du marché de l'immobilier", ont estimé les économistes de Capital Economics après la publication des chiffres de Nationwide.
(AFP)

Repères


La consommation des ménages, principal moteur de la croissance de l'économie britannique, est étroitement liée au marché de l'immobilier en Grande-Bretagne, dans la mesure où les Britanniques vivent beaucoup à crédit et gagnent leurs crédits à la consommation sur la plus-value potentielle de leur logement. Lorsque les prix baissent, ils empruntent moins facilement et consomment moins.
Le prix moyen d'une propriété en Grande-Bretagne a progressé de 8.252 livres sur les douze mois achevés fin mai, à 157.272 livres (232.149 euros).
(AFP)

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur