Industrie/Négoce

Le marché de la sécurité électronique ne connaît pas la crise

Mots clés : Contrôle d'accès - Equipements techniques et finitions - Vidéosurveillance

Les marchés de la détection d’intrusion, du contrôle d’accès et de la vidéosurveillance ont augmenté en 2013, d’après le Syndicat des industries du génie numérique, énergétique et sécuritaire (Ignes), . Dopée par le sentiment d’insécurité, cette croissance devrait se poursuivre.

Pour les industriels de la branche sécurité électronique d’Ignes (syndicat des industries du génie numérique, énergétique et sécuritaire), 2012 était un bon millésime. Les différents segments de marchés (détection d’intrusion, contrôle d’accès et vidéosurveillance), avaient augmenté entre 2 et 9%. 2013 est, conformément aux prévisions, sur la même lignée. L’évolution en valeur du marché de la sécurité électronique toutes activités confondues est estimée à 8%.

Il faut dire qu’à l’heure où le moindre fait divers fait la une des médias, le climat est à l’anxiété. Ce qui pousse certains à équiper leur logement de dispositifs de surveillance et d’anti-intrusion. « Jusqu’à présent, de tels systèmes étaient principalement installés pour une surveillance du bâtiment en l’absence de leurs occupants. Désormais, ces derniers souhaitent sécuriser leur résidence lorsqu’ils sont chez eux. Ils mettent donc en place des détecteurs périmétriques et des systèmes de dissuasion progressive », assure Vianney Pochon, directeur général délégué d’Atral System. Le marché français de la détection intrusion a donc continué la progression qu’il connait depuis 20 ans (5% par an en moyenne) pour atteindre un chiffre d’affaires de 180 M€.

 

La vente des produits de vidéosurveillance a bondi de 10% en 2013

 

Surfant également sur le sentiment d’insécurité, la vente de produits de vidéosurveillance (hors service) a enregistré une croissance en volume de l’ordre de 10% entre 2012 et 2013 pour s’établir à 175 M€ se répartissant entre la surveillance urbaine (50 M€) et la surveillance de bâtiments ou de zones à usage privé (125 M€). Dans ce domaine, la transition des technologies vidéo numérique sur réseau IP se confirme puisqu’elles représentent tant en volume qu’en valeur plus de 50% de l’activité globale.

Le marché du contrôle d’accès résidentiel, établi à 160 M€, progresse également mais à un rythme plus modéré (autour de 3%). « La croissance de ce secteur ralentit du fait que les grands ensembles sont équipés et que le marché de la construction neuve auquel nous sommes très liés n’est pas florissant », rapporte Laurent Do Dinh, responsable marketing chez Legrand. Enfin, le marché du contrôle d’accès tertiaire qui a connu une croissance du même ordre est évalué à 140 M€. « C’est un secteur très atomisé où l’on recense une cinquantaine d’acteurs. Mais ce marché n’a pas encore atteint sa maturité et il est peu couvert par les ensembliers », indique Pascal Le Roux, directeur général de CDVI et vice président d’IGNES.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X