En direct

Jean-Paul Deheeger, directeur du département industriel du conseil en immobilier d’entreprise Cushmann & Wakefield - © © Cushmann & Wakefield

"Le manque de foncier risque de déséquilibrer le marché des entrepôts"

Propos recueillis par Laurence Francqueville Propos recueillis par Laurence Francqueville |  le 25/03/2013  |  Second œuvreBâtimentImmobilierFrance Paris

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Aménagement
Second œuvre
Bâtiment
Immobilier
France
Paris
Architecture
Technique
Valider

Au moment où le SITL ouvre ses portes à Paris, du 26 au 28 mars, Jean-Paul Deheeger, directeur du département industriel du conseil en immobilier d’entreprise Cushmann & Wakefield, nous livre sa vision du marché logistique.

Comment se porte le marché de l’immobilier logistique ?

Jean-Paul Deheeger : Avec 1,8?million de m² d’entrepôts de plus de 5?000?m² placés l’an dernier en France (dont 73?% sur les quatre grands pôles de la dorsale nord-sud), le marché de la logistique a chuté de 25?% sur un an. Ce segment de l’immobilier d’entreprise est toujours très corrélé à la croissance économique. Les bâtiments dont la surface est comprise entre 10?000?et 20?000?m² et ceux de plus de 30?000?m² ont le plus souffert. Ceux de moyenne taille se sont maintenus grâce à la grande distribution.

Evolution des transactions sur les entrepôts de plus de 5 000 m2
Evolution des transactions sur les entrepôts de plus de 5 000 m2 - © © Cushmann & Wakefield



 L’année 2013 s’annonce-t-elle sous de meilleurs auspices ?



Jean-Paul Deheeger
: Ne voyant aucun frémissement de reprise économique à six mois, je doute que le marché s’améliore en 2013. Deux tendances se dégagent toutefois. D’abord, les projets clés en main se développent à la faveur de taux d’intérêt très bas, passant de 36?à 42?% des transactions de plus de 10?000?m² en un an. Ensuite, le retour des investisseurs se confirme. Ils considèrent que le marché a déjà atteint son point bas et profitent de taux de rendement assez attractifs. Si le nombre d’acteurs reste faible, l’offre encore rare maintient la tension sur les taux pour les bâtiments logistiques récents et bien situés.

 La logistique est-elle également confrontée au manque de foncier disponible ?

Jean-Paul Deheeger : Oui. Et si le marché repart d’ici un ou deux ans, le manque de réserves foncières – avec un niveau d’activité semblable à 2005, la totalité des fonciers disponibles serait épuisée en un an – va provoquer un fort déséquilibre entre offre et demande. Dans la mesure où il faut au moins deux ans pour sortir une opération sur un terrain aménagé, les fonciers de demain devraient déjà être en préparation. Or, ce n’est pas le cas. Nous devons donc alerter les grandes métropoles et les politiques.

A lire aussi  :  La logistique regagne le coeur des villes

Commentaires

"Le manque de foncier risque de déséquilibrer le marché des entrepôts"

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 06/2019

Voir

Droit de l’Aménagement, de l’Urbanisme, de l’Habitat – 2019

Droit de l’Aménagement, de l’Urbanisme, de l’Habitat – 2019

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur