En direct

Le Mama Shelter s'insère dans le centre-ville
L’hôtel de 4 990 m2 conserve la façade en brique de l’ancien cinéma construit au début du XXe siècle. - © ROMAIN SAADA / EIFFAGE

Le Mama Shelter s'insère dans le centre-ville

O. D. |  le 14/09/2018  |  ChantiersHaute-GaronneTravaux

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Architecture
Chantiers
Haute-Garonne
Travaux
Valider

Toulouse -

Les travaux du Mama Shelter de Toulouse sont terminés.

La réalisation de cet hôtel de 4 990 m2 a dû composer avec plusieurs contraintes : un délai court, une parcelle de 1 380 m2 enclavée entre deux bâtiments et, enfin, l'obligation de garder la façade d'origine de l'ancien cinéma construit au début du XXe siècle. L'agence d'architecture toulousaine PPA et la société Eiffage Immobilier - qui a remporté l'appel à projets de la Ville en 2016 - ont donc dû s'adapter pour mener à bien l'opération.

Guillaume Pujol, associé de PPA, a dû conserver la façade en brique et ses quatre arches. Il a également joué avec la parcelle pour créer le bâtiment, lequel ne pouvait être édifié que sur 70 % du terrain afin de répondre au plan local d'urbanisme. « Depuis le boulevard, la parcelle se déploie en longueur et en biais, et les linéaires de façade sur rue ne permettaient pas d'avoir les 450 m nécessaires à la réalisation des 120 chambres. Nous avons donc recréé une façade intérieure par le biais de la cour-terrasse, le long du mur voisin », précise l'architecte. Pour cela, l'hôtel a été appuyé sur la moitié de la façade d'origine et développé sur toute la longueur de la parcelle. L'espace ainsi créé ménage un cœur d'îlot qui servira de terrasse ombragée au restaurant installé au rez-de-chaussée. La seconde partie du mur d'origine a été contreventée par une ossature métallique. L'autre difficulté résidait dans la différence de hauteurs entre le mur de façade et l'hôtel, qui compte un niveau de plus.

« Forêt d'étaiements ». Les entreprises ont dû conduire le chantier au milieu des bâtiments et d'une « forêt d'étaiements », précise Julien Satgé, responsable des programmes chez Eiffage Immobilier Occitanie. « Nous avons gardé les étais jusqu'à la construction de l'hôtel, ils servaient à stabiliser les immeubles voisins », explique-t-il. Dans la même optique, des pieux sécants ont été installés le long des bâtiments attenants pour réaliser les fondations de l'hôtel et éviter de déchausser les murs mitoyens qui ne possèdent pas de fondations. Eiffage a aussi dû adapter la rue Castellane en cas d'intervention des pompiers : le stationnement a été supprimé et la voie élargie à 3,5 m.

L'hôtel ouvrira le 31 octobre prochain, au terme de vingt-deux mois de travaux (coût : 11 M€ HT).

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

DICOBAT 10 E EDITION

DICOBAT 10 E EDITION

Date de parution : 03/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur