En direct

Le « made in France » s’exporte dans le monde entier

Gilles Rambaud |  le 06/03/2015  |  TechniqueBâtimentLoire-AtlantiqueFrance entièreEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Technique
Bâtiment
Loire-Atlantique
France entière
Europe
Matériel de chantier
Valider
Chariots télescopiques -

En choisissant son usine de Pontchâteau (Loire-Atlantique) pour le lancement officiel de son nouveau chariot télescopique de 12 m, Bobcat avait deux objectifs : tout d’abord, lever le voile sur l’un des modèles qui symbolise le renouveau d’une gamme complète ; et, message sous-jacent, démontrer que le site industriel français faisait l’objet de toutes les attentions et de beaucoup d’ambition de la part de son propriétaire coréen, le groupe Doosan. Ici, à Pontchâteau, sont conçus et fabriqués des chariots télescopiques depuis plus de trente ans. Lors de la crise de 2009, l’usine a été durement frappée par un plan social supprimant la moitié des effectifs. « La fermeture pure et simple du site et le transfert de sa production vers la République tchèque étaient une option envisagée par l’état-major de Corée », se souvient Laurent Gicquel, l’actuel directeur de l’usine. Au lieu de cela, décision a été prise de continuer à fabriquer en France des chariots exportés dans le monde entier, de moderniser Pontchâteau en y investissant dans de nouvelles machines (un robot de soudure et une cabine de grenaillage) et de nouvelles méthodes de production permettant de proposer plus de 100 variantes par modèle. Cette politique donne ses fruits. Avec 1 350 machines produites en 2014, Bobcat reste encore un outsider dans le domaine des chariots télescopiques mais progresse de 16 % en un an, signe qu’il gagne des parts de marché. Pour 2015, il compte sur son nouveau TL36120SL pour avancer encore dans le marché de la construction. C’est une machine de 12 m, soit parmi les plus utilisées sur chantier, qui soulève 3,6 t au maximum mais, surtout, monte les 1,5 t d’une palette de parpaings dans une bonne partie de son abaque. Le TL36120SL est proposé avec une longue liste d’options pour offrir toutes les variantes entre une machine très sophistiquée ou, au contraire, un engin basique. À noter, parmi ces choix, un chariot monolevier qui centralise toutes les commandes et permet de garder une main sur le volant, ou encore un déport qui permet de décaler la tête de flèche vers la droite ou vers la gauche.

PHOTO - 834099.BR.jpg
PHOTO - 834099.BR.jpg - © Gilles Rambaud

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur