En direct

Le jubilé olympique du paysagiste Christian Fournet

Le jubilé olympique du paysagiste Christian Fournet

le 02/07/2018  |  FormationEntreprises du paysage

Architecte de jardins par passion et entrepreneur de travaux paysagers par raison, Christian Fournet a fêté les 40 ans de la société éponyme et les 20 ans du bureau d’études, le 28 juin sur la terrasse de Fecheray qui  domine Paris, à l’ombre du Mont-Valérien. La croissance discrète et à petits pas a jalonné quatre décennies autour de la notion de fidélité à l’égard des clients comme des salariés.

 

« Je m’étais préparé à devenir architecte paysagiste, pas à diriger 30 personnes » : Christian Fournet, 66 ans, a finalement réussi sur les deux tableaux. La soirée du 40e anniversaire l’a démontré, le 28 juin à la tombée de la nuit sur la terrasse dominant la Seine, à Suresnes. Les promoteurs, les salariés et les entreprises de travaux paysagers n’ont pas eu besoin de répondre à sa brève allocution : leurs yeux pétillants ont exprimé l’amitié nouée dans les chantiers et le plaisir entretenu dans les jardins.

Deuxième père

« C’est mon deuxième père, un super patron, toujours sincère, toujours fiable »… Doyen de la trentaine de salariés de l’entreprise établie à Courbevoie (Hauts-de-Seine) et forte d’un chiffre d’affaires de 2,2 millions d’euros, Pascal-Gilbert Jean, aujourd’hui chef d’équipe en entretien, se souvient comme si c’était hier de ce 2 mai 1989, date de son arrivée dans l’équipe qui comptait alors trois ouvriers et deux stagiaires : « les deux jumelles de Christian Fournet, venaient de naître. Je les ai vu grandir ».

29 ans plus tard, les chevelures brunes de Laetitia et Sandra ondulent à l’heure du soleil couchant, et le jardinier raconte son bonheur de voir pousser les arbres qu’il a plantés dans la région parisienne : l’entreprise de travaux paysagers lui a offert l’occasion de prolonger en métropole une relation avec la nature nouée dès l’enfance, dans une famille d’agriculteurs maraîchers martiniquais.

Conception sans frontière

Au-delà de l’Ile-de-France, les quatre concepteurs du bureau d’études Architecture des jardins, né en 1998 et fort d’ ½ demi-million d’euros de chiffre d’affaires, ignorent les frontières : Christian Fournet les a amenés jusqu’à New-Dehli ou en Espagne. Une grande marge de manœuvre les motive : « J’appelle Christian à chaque fois que j’ai un doute, notamment sur le choix des végétaux », témoigne Eglantine François.

Venue fêter son patron ce soir avec sa fille Violette, elle a dirigé le chantier de 18 hectares aux abords du nouveau centre commercial de Farébersviller (Moselle), conçu comme une destination de promenade et de détente pour les habitants de l’ancien bassin houiller de Lorraine.

Le choix des végétaux reste l’une des grandes marques de fabrique du père fondateur formé à l’école supérieure d’architecture des jardins (Esaj), réputée pour ses exigences dans les compétences botaniques. Attiré dès l’enfance vers la taille des arbres du jardin familial plus que par la carrière scientifique dont son père lui offrait l’exemple, Christian Fournet n’a pas manqué de rappeler à ses amis, au soir du 28 juin, l’affection particulière qu’il porte au Parrotia Persica, surnommé « l’arbre de fer » en raison de la dureté de son bois : « Peu connu, ses branches souples et tortueuses entretiennent un rapport tourmenté et élégant avec les plantes environnantes », développe le concepteur. Faut-il lire une métaphore de la création ?

Fidélité

La fidélité à un arbre reflète le rapport avec une clientèle exclusivement privée, recrutée aussi bien parmi les particuliers que dans la promotion immobilière : « Un concepteur qui a commencé avec une brouette, avant d’exercer tous les métiers de travaux paysagers, cela inspire confiance », reconnaît le chef d’entreprises. Souvent sollicité pour mettre en valeur des immeubles anciens, Christian Fournet a également accompagné de nombreuses tours à La Défense, et s’apprête à verdir un important programme de bureaux porté par HRO à Bagneux (Hauts-de-Seine).

Défi pour 2024

Ce soir, Christian Fournet incarne un autre défi : sous le nom d’Olympe, il a créé au début de cette année le lieu du 40e anniversaire de son entreprise, à l’occasion du salon outdoor Jardin en Scène. Au début du mois d’avril, cet événement lance la saison événementielle du paysage en Ile-de-France.

Le jardin provisoire de 500 m² disparaîtra cet automne, en vertu des règles du jeu lancé en 2018 : chaque année, un concepteur crée un jardin non seulement pour le festival, mais aussi pour apporter la contribution de la filière paysage à la grande fête mondiale du sport. Les 7 jardins trouveront-ils un espace pour se montrer à Paris en 2024, à l’heure du lever de rideau des JO ? « Avec l’Olympe de Christian Fournet, nous avons tous les éléments pour lancer cette négociation avec le Comité international olympique, à partir de la prochaine rentrée », annonce Eric Bouhsane, organisateur de Jardins en Seine.

Commentaires

Le jubilé olympique du paysagiste Christian Fournet

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur