Projets

Le groupement conduit par Eiffage Immobilier choisi pour le site de l’ancienne mine de charbon de Gardanne

Mots clés : Architecte - Economie mixte - Entreprise du BTP - Etat et collectivités locales - Gestion et opérations immobilières - Situation économique

Suite à un appel à projet «promoteur-concepteur» lancé en mai dernier, la société d’économie mixte d’aménagement de Gardanne et sa région (Semag) a choisi le groupement associant Eiffage Immobilier, 3A  Architectes et Réciprocité, pour réaliser plus de 10 000 mètres carrés de surface de plancher à l’entrée Est de l’ancien site minier de Puits Morandat à Gardanne.

En janvier, la société d’économie mixte d’aménagement de Gardanne et sa région (Semag) signera, avec Eiffage Immobilier, le compromis de vente d’un terrain à l’entrée est de l’ancien site minier du Puits Yvon Morandat à Gardanne (Bouches-du-Rhône).

Associé à 3A Architectes et Réciprocité, le promoteur a été choisi par la SEM, suite à un appel à projet «promoteur-concepteur» pour réaliser des bâtiments d’activités «middle tech», des bureaux, des services et des commerces représentant plus de 10 000 m2 de surface de plancher (SP) sur un lot de 17 000 m2. Le bilan de l’opération est estimé à 20 millions d’euros HT.

 

Exemplaire

 

L’association Réciprocité aura notamment comme mission de travailler à la mise au point de services: auto-partage, conciergerie, etc. L’architecture devra, elle aussi, être exemplaire s’inscrivant dans une démarche bâtiment durable méditerranéen (BDM).

La Semag annonce la sortie des premiers bâtiments pour la fin 2019 ou le début 2020.

L’opération s’inscrit dans une opération globale de transformation de l’ancien carreau minier fermé depuis 2003. La SEM a l’ambition de créer, d’ici à 2020, sur le site de 14 hectares, 80 000 m2 SP à partir du bâti existant, réhabilité et complété. «Fin 2017,  entre 20 et 40% de la capacité de terrains à commercialiser aura trouvé preneur. Nous avions pour cible 10%», affirme Nicolas Fortuit, directeur de la Semag.

 

Atouts

 

Pour réussir cette reconversion, la SEM table sur plusieurs atouts: une situation au cœur de la métropole Aix-Marseille Provence (AMP), la proximité des autoroutes, celle de la gare TGV d’Aix-en-Provence et la création future d’un pôle multimodal.

L’aménageur, qui s’appuie sur le plan masse dessiné en 2007 par l’urbaniste parisien Guy Malot, espère obtenir le label Ecoquartier. En parallèle, il s’est engagé dans une démarche «quartier durable méditerranéen» avec l’association EnvirobatBDM.

Par ailleurs, la Semag porte un autre projet ambitieux en partenariat avec Dalkia Méditerranée à travers la SAS Energie solidaire, dont ils sont tous deux actionnaires. La société a pour mission notamment de développer la géothermie à partir d’un procédé de valorisation des eaux d’ennoyage de la mine présenté comme unique en France.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X