En direct

Le grand stade de rugby signé Populous et Ateliers 2/3/4
Le projet est estimé à environ 575 millions d'euros - © © Populous et Ateliers 2/3/4

Le grand stade de rugby signé Populous et Ateliers 2/3/4

N.M. |  le 08/02/2013  |  EssonneStade

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Essonne
Projets
Stade
Valider

La Fédération française de rugby a confié au groupement composé des cabinets d’architectes Populous et Ateliers 2/3/4 la conception du futur grand stade de rugby. D’une capacité de 82 000 places, il sera implanté à Ris-Orangis (Essonne), non loin du centre national de rugby de Marcoussis. Le projet est estimé à 575 millions d’euros.

La Fédération française de rugby (FFR) a retenu les cabinets d’architectes Populous et Ateliers 2/3/4 pour la conception de son futur grand stade de rugby de 82 000 places sur le site de l’ancien hippodrome de Ris-Orangis (Essonne). Basée à Londres, Populous est une agence d’architecture internationale spécialisée dans la conception d’enceintes sportives. Elle compte parmi ses références l’Aviva Stadium à Dublin (51 700 places), le Wembley Stadium à Londres (90 000 places) ou encore le Millennium Stadium à Cardiff (70 000 places).  Deux autres équipes étaient en lice : HKS/ Arte Charpentier ; Foster and Partners/Regembal-Ghezzi.

Populous et Ateliers 2/3/4 proposent une enceinte de forme rectangulaire, multimodale, notamment équipée d'un toit ouvrant et d'une pelouse rétractable. Les premiers gradins se situeront à une douzaine de mètres du terrain, à environ deux mètres de hauteur.

« Nous avons choisi ce projet notamment parce que dans la répartition des espaces, il y a le respect de l'ensemble des populations supportrices du sport qu'il soit VIP, supporteurs de base, enfants des écoles de rugby... », a souligné Pierre Camou, président de la FFR. « Nous avons envie de voir quelque chose de complètement évolutif. Nous avons choisi ce site parce que nous pouvions mettre en place plus qu'un stade mais tout un système de développement. On a déjà quelques idées », a ajouté Serge Blanco, vice-président de la FFR en charge du projet.

Emprunt et fonds propres

Ce projet est estimé à environ 575 millions d'euros. « Le projet tel que nous l'avons fait a démarré en 2010, avec un dessin architectural et un coût évalué aux alentours de 600 millions. Le business plan a été fait autour de cette enveloppe et a été validé par un cabinet international, a indiqué Pierre Camou. Ensuite, la crise s'est approfondie et nous entrons dans le deuxième schéma qui est la capacité d'emprunt et de prêt. Dans la capacité d'emprunt pour l'instant, nous passons. Nous avons encore à lancer la levée des fonds propres via notamment le système des « debentures », utilisé par la Fédération anglaise (RFU) pour son stade de Twickenham. Une « debenture » permet à un opérateur d'emprunter de l'argent à un particulier ou une entreprise en échange du droit d'achat d'une place attribuée pour une période donnée.

« Le Grand Stade arrivera en gare, même avec un peu de retard sur l'objectif initial prévu pour 2017 », a ajouté Pierre Camou. Quant aux élus, ils affichent leur confiance : « Ce projet est une évidence pour la FFR et pour l’Essonne, je suis très serein », a assuré le député et président du conseil général, Jérôme Guedj.

Commentaires

Le grand stade de rugby signé Populous et Ateliers 2/3/4

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil