En direct

Le Grand Paris des écrivains 6/10 : «Meudon-la-Forêt»
"Meudon-la-Forêt", par Marie Richeux - © Pavillon de l'Arsenal / Stefan Cornic

Le Grand Paris des écrivains 6/10 : «Meudon-la-Forêt»

le 11/11/2021  |  CulturePavillon de l'ArsenalFrance Hauts-de-SeineFernand Pouillon

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Architecture
Culture
Pavillon de l'Arsenal
France
Hauts-de-Seine
Fernand Pouillon
Valider

Pour la deuxième saison de cette manifestation, le Pavillon de l’Arsenal (Paris IVe) propose dix nouveaux films courts d'écrivains, réalisés par Stefan Cornic, entre documentaires, fictions et poésie. Cette semaine : «Meudon-la-Forêt», par Marie Richeux…

«J’ai écrit sur cette cité d’immeubles. J’en ai exhumé les plans, fouillé les archives, mis à jour le lien puissant avec l’Algérie et sa guerre de Libération. J’ai lu, puis raconté, les premiers jours de chantier dans la boue. J’ai parcouru mentalement toutes les allées, les recoins, et essayé de rendre le toucher si particulier de la pierre de taille.
J’ai écrit en pensant à ce très grand ensemble d’immeubles de banlieue, construit en hauteur, surplombant Paris, jouxtant une forêt. J’ai raconté ce qu’il était pour moi, intimement, politiquement, comment il avait peut-être forgé le regard que je porte sur les lieux que j’habite, sur les lieux que les autres habitent, cette cité qui m’a mise sur la piste de Fernand Pouillon, son architecte, et qui a défini puissamment mon rapport à la lumière, peut-être à l’horizon. Ce lieu, je l’ai tourné dans tous les sens, pour découvrir, entre autres, que l’empreinte la plus puissante qu’il a laissé en moi, tient à la résonance de la cage d’escalier dans laquelle, pendant une nuit de mes treize ans, des chants musulmans ont accompagné l’âme d’un fils, l’autre fils du palier, mort d’une overdose, vers ce qu’elles désignaient comme l’au-delà? Peut-être ai-je écrit un tombeau pour Abdelkader dont j’avais oublié le prénom et le visage. Peut-être ce livre est-il un tombeau de pierre de taille, la pierre justement arrachée à une montagne trait d’union entre l’Algérie et la France. Peut-être est-il, ce livre, un tombeau après un autre tombeau, et pas seulement pour la vie arrachée d’Abdelkader, un tombeau avant le livre qui vient et diffracte la lumière d’une renaissance? […]» Marie Richeux

Dans «Meudon-la-Forêt», Marie Richeux évoque son rapport à la cité d’immeubles construite par Fernand Pouillon, lieu dans lequel elle a grandi, sur lequel elle a déjà écrit, et qui a défini son rapport à la lumière et forgé son regard sur les lieux que l’on habite.

 

Écrivaine et animatrice radio, Marie Richeux est l’autrice, notamment, de «Polaroïds» (Sabine Wespieser, 2013), de «Climats de France» (Sabine Wespieser, 2017, prix Écrire la ville) et de «Sages Femmes» (Sabine Wespieser, 2021).

La semaine prochaine : «L’Arche de La Défense», par Laurence Cossé…

Films co-produits par Le Pavillon de l'Arsenal et Année Zéro.

Commentaires

Le Grand Paris des écrivains 6/10 : «Meudon-la-Forêt»

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil