Le moniteur
Le gouvernement présente son plan d'action pour l'avenir de la filière bois
Arnaud Montebourg, minitre du Redressement productif et Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, le 17 octobre 2013 lors de la présentation du Plan national d'action pour la filière bois - © © Adrien Pouthier/LeMoniteur.fr

Le gouvernement présente son plan d'action pour l'avenir de la filière bois

Adrien Pouthier |  le 17/10/2013  |  BoisBâtimentTravailEtatFrance entière

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Négoce
Bois
Bâtiment
Travail
Etat
France entière
Immobilier
Technique
Hygiène
Valider

Performance, compétitivité, création d'emplois sont les grands chantiers que se propose d'ouvrir le plan d'avenir lancé jeudi 17 octobre par les ministères de l'Agriculture, du Redressement productif et du Logement pour venir au secours de la filière bois. Le bois construction fera l'objet d'actions spécifiques notamment sur la réglementation pour faciliter son utilisation dans la réalisation de bâtiments.

Le bois a les honneurs du gouvernement en cet automne 2013. Dix jours après la présentation des 34 projets pour la "nouvelle France industrielle" dont fait partie la branche bois-construction avec une réflexion sur la construction de grande hauteur (lire notre article), les ministères de l'Agriculture, du Redressement productif et du Logement ont présenté à l'issue du Conseil supérieur de la forêt et du bois (CSF) leur "plan national d'action pour l'avenir des industries de transformation du bois".

Le plan décliné en quatre axe stratégiques s'est fixé pour objectifs de permettre à la filière d'accroître ses performances, de gagner en compétitivité et de générer de nouveaux emplois.

Performances et compétitivité

En effet, aujourd'hui, malgré une ressource abondante - la France est le troisième pays forestier de l'Union européenne avec près de 24 millions d'hectares de forêt, métropole et outre-mer confondus - les entreprises de la filière bois qui représentent un chiffre d'affaires de 50 milliards d'euros et près de 450.000 emplois, peinent à mobiliser cette matière première pour répondre à une demande croissante tant en bois matériau qu'en bois énergie. "Absurdité" supplémentaire relevée par Arnaud Montebourg, la France importe énormément de bois transformé.

Le plan se propose donc d'abord d'insuffler une nouvelle dynamique à la filière et d'élaborer une vision stratégique nationale. Ce qui passera par la création d'un Comité stratégique de la filière bois (CSF) autour duquel régions, syndicats et associations professionnelles sont invités à se mobiliser.

La mobilisation doit aussi passer par des financements publics et privés indispensables pour développer la compétitivité des entreprises, y compris sur les marchés émergents: cela passera entre autres par la création d'un Fonds stratégique de la forêt et du bois, par la mobilisation de la Banque publique d'investissement (bpiFrance) pour proposer une large gamme de financements et de services.

Construction : changer la réglementation

En ce qui concerne les débouchés, la construction reste le domaine phare d'utilisation du bois. Dans cette optique et en partenariat avec le ministère du Logement, Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, a confirmé qu'un article du chapitre de la future "loi d'avenir de l'agriculture" qui sera présentée en 2014, consacrerait le caractère d'intérêt général de la gestion des forêts et de l'utilisation du bois, notamment pour la séquestration du carbone. Dès lors, de nouvelles mesures pour remplacer le défunt "décret bois" pourraient être prises pour imposer l'utilisation du bois dans la construction.

Parallèlement, Arnaud Montebourg a promis "d'ouvrir la réglementation pour favoriser l'utilisation de nouveaux produits constructifs en bois et permettre la construction bois en hauteur". Cela passera par une reconnaissance des qualités du matériau et de ses procédés de mise en oeuvre grâce au développement notamment de "Déclarations Environnementales des Produits" bois et à l'introduction des spécificités du bois dans les logiciels régissant les calculs des RT 2012 et 2020.

Le plan propose enfin l'élaboration d'un "accord bois construction environnement" élargi à la rénovation, pour donner une nouvelle envergure au Plan d'actions Bois Construction du ministère du Logement. Trois objectifs : lever les obstacles à l'usage des feuillus dans la construction, créer les conditions pour une formation complète des professionnels à l'acte de construire en bois et capter une partie des marchés de la rénovation énergétique.

Les financements seraient partagés dans un premier temps entre les professionnels du bois et la DHUP.

Le ministère réunira prochainement les fédérations professionnelles intéressées afin d'aboutir à un protocole interprofessionnel permettant d'assurer une part nouvelle significative au matériau bois dans l'offre des constructeurs, pour la construction  elle-même mais aussi pour la rénovation thermique.

Commentaires

Le gouvernement présente son plan d'action pour l'avenir de la filière bois

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur