En direct

Le formaldéhyde : un des polluants les plus répandus à l’intérieur des habitations.
- ©

Le formaldéhyde : un des polluants les plus répandus à l’intérieur des habitations.

Leysens Eric |  le 04/07/2008  |  InternationalSantéTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

International
Environnement
Santé
Technique
Valider

Un rapport publié par le centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC) confirme que les produits de bois pressé (aggloméré et contreplaqué) sont une source importante d’émissions de formaldéhyde.

Les CDC ont testé 519 logements en Louisiane et dans le Mississippi, des caravanes et mobil-homes fournis par l’agence fédérale de gestion des urgences (Fema) pour loger des dizaines de milliers de victimes déplacées, suite aux ouragans Katrina et Rita ayant touché le sud des Etats-Unis en 2005. Il est apparu que les niveaux de formaldéhyde mesurés y sont plus élevés que les niveaux intérieurs habituels aux Etats-Unis.

C'est pourquoi, les CDC recommandent aux autorités de santé publique de reloger les personnes concernées avant qu’il ne fasse trop chaud, en donnant la priorité à celles qui présentent des symptômes ou sont particulièrement vulnérables.

Le Formaldéhyde
Le formaldéhyde est principalement utilisé dans la production de colles qui entrent dans la fabrication de panneaux agglomérés, de contreplaqués, de meubles et d’autres produits du bois. On emploie également le formaldéhyde dans la fabrication de diverses matières plastiques, de certains fertilisants, de résines utilisées dans les moules de fonderie en sable, ainsi que de certaines peintures et vernis. Il sert également à la synthèse d’autres produits chimiques. Enfin, on a recours au formaldéhyde pour ses propriétés bactéricides dans de nombreuses formulations de produits désinfectants, de cosmétiques, de liquides d’embaumement et de solutions de conservation de tissus biologiques.

En juin 2004, le formaldéhyde a été classé comme "cancérigène certain" par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), qui dépend de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Jusqu'alors, il n'était considéré que comme "cancérigène probable". Il est à l'origine de cancers de la cavité buccale, des fosses nasales, des sinus, et son implication dans les leucémies est jugée quasi certaine.
Au-dessus d'une concentration de 0,1 mg/kg dans l'air, il peut irriter les yeux et les muqueuses, causant des conjonctivites, des maux de tête et des difficultés à respirer accompagnées de douleurs dans la gorge.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil