En direct

Le finisseur d’agence qui se méfie de la sophistication

Gilles Rambaud |  le 29/11/2013  |  transportEurope

Présérie -

Dévoilé pour la toute première fois en septembre dernier, lors du campus scientifique et technique du groupe Colas, le prototype du BF 600-2  le prochain finisseur de Bomag  est aujourd’hui reparti en phase de test. Le Moniteur l’a vu avant qu’il ne repasse la frontière. Première constatation : c’est bel et bien un Bomag. La marque allemande, propriété du groupe Fayat, est d’abord connue pour ses compacteurs. Les finisseurs, eux, se sont longtemps appelés Marini, du nom de leur fabricant d’origine. S’ils sont toujours fabriqués en Italie, on remarque la griffe du bureau d’études allemand. « Bomag est réputé pour la robustesse de ses engins, qui s’applique également aux finisseurs », souligne Franck Védrines, responsable marketing. Cela se traduit par une méfiance vis-à-vis de l’informatique embarquée. Pas de « mallette » pour le diagnostic, pas d’écrans tactiles, pas d’automatisme ! Des pupitres de commande équipés de solides interrupteurs et de boutons poussoirs. « Simple ne veut pas dire rustique. Les composants que nous utilisons sont haut de gamme. Mais nous partons du principe qu’il vaut mieux changer un interrupteur défectueux que de devoir remplacer un pupitre digital complet », explique Franck Védrines. Ce souci de rendre la maintenance aisée se retrouve dans la table de pose : les éléments de base (2,50 m de large), les extensions hydrauliques (2,50 m) et les rallonges mécaniques (3 m) adoptent un chauffage dit « Magma Life ». Les résistances électriques sont noyées dans une plaque d’aluminium en contact avec la tôle lisseuse. « Cela assure une bonne diffusion de la chaleur, protège les résistances et facilite leur remplacement : la plaque se glisse dans un tiroir et se branche avec deux câbles. » Côté design, ce sont les grands radiateurs latéraux qui se remarquent, car l’environnement d’un finisseur, avec la chaleur montant de l’enrobé, dépasse souvent les 40 °C. Sur ce premier prototype, l’extracteur de fumée intégré est bien visible. Celui-ci capte les émissions gazeuses à la source, les rejette loin du poste de conduite sur lequel il souffle également un air frais pour rafraîchir le conducteur et chasser les vapeurs résiduelles. Sans être obligatoire, cette option sera probablement demandée. Bomag est prêt.

PHOTO - 759755.BR.jpg
PHOTO - 759755.BR.jpg

Commentaires

Le finisseur d’agence qui se méfie de la sophistication

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur