Le moniteur
Le ferroviaire et l’urbain fusionnent au sud de la gare de Lyon
Une promenade de 700 m de long sert de colonne vertébrale au quartier mixte de 6 hectares - © Michel Desvigne

Le ferroviaire et l’urbain fusionnent au sud de la gare de Lyon

Laurent Miguet |  le 04/07/2019  |  ParisEspace publicFerroviaire

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Paysage
Paris
Espace public
Ferroviaire
Valider

Le quartier « gare de Lyon/Daumesnil » a trouvé son nom, révélé le 3 juillet par Espaces Ferroviaires : « Les messageries », en référence à la halle des années 20 qui portera la mémoire industrielle du site de la SNCF. Le maître d’ouvrage a choisi ce lieu emblématique pour présenter le futur quartier mixte de 6 hectares, dont plus de la moitié affecté à l’espace public.

Au commencement, il y aura un jardin. « Champêtre, familier, domestique », détaille le paysagiste Michel Desvigne, qui, jusqu’en 2025, jouera les premiers rôles dans la phase 1 de la réalisation du quartier des Messageries : 6 hectares à métamorphoser au sud de la gare de Lyon, dans l’ancien « Dépôt du charolais » de la SNCF, selon un projet dévoilé aux riverains le soir du 3 juillet à l’initiative d’Espace ferroviaire, maître d’ouvrage.

Pavé parisien

Au sein de la maîtrise d’œuvre conduite par Rogers Stirk Habour + Partners, Michel Desvigne assume le rôle de l’ancrage local : composé en partie avec des pavés récupérés in situ, le sol déroulera le vocabulaire de la voirie parisienne, tandis que la palette végétale mélangera les variétés franciliennes avec celles de la vallée du Rhône, régions de départ et de destination des usagers de la gare de Lyon.
Avec 50 % d’espaces publics dont la moitié pour la promenade centrale développée sur une longueur de 700 m, le paysage donnera le ton et l’esprit de la mutation orchestrée par Espace Ferroviaire. Directrice générale de cette filiale de SNCF Immobilier, Fadia Karam énumère les déclinaisons de cette métamorphose : « De la rupture urbaine vers la connectivité ; du béton vers le paysage ; de l’enclave au quartier mixte ».

Désenclavement

Isolées par un mur et surélevés de 7 m par rapport au sol urbain, les emprises du nouveau quartier s’accrocheront en pente douce à la ville, pour matérialiser l’ambition de connectivité qui rassemble le maître d’ouvrage et la mairie de Paris : « La réorganisation des services annexes de la SNCF permet de pincer le faisceau ferroviaire pour récupérer des terrains au service de la ville et des parisiens », se réjouit Catherine Baratti-Elbaz, maire du XIIème arrondissement.

Le pincement du faisceau ferroviaire dégage les emprises du quartier des Messageries.

La ville s’est aussi saisie de l’opportunité d’un financement privé pour deux équipements que lui restituera l’aménageur : sur un total de 90 000 m2 en neuf et 20 000 m2 en rénovation ou reconstitution, le programme inclut une crèche de 66 berceaux et une école de huit classes.

Trame verte

La commune récupérera également le jardin, inclus dans la trame verte qui, de Vincennes aux berges de la Seine, cherche à remédier au point faible identifié par la maire d’arrondissement : « Beaucoup d’espaces verts, mais peu reliés entre eux ».
Fruit de cinq ans de concertation, le projet valide une méthode d’appropriation collective à travers des aménagements transitoires et préfigurateurs. Les résultats ont sauté aux yeux du public rassemblé le 3 juillet pour découvrir les contours du futur quartier : avant d’atteindre l’espace d’exposition Ground Control implanté dans l’ancienne halle des Messageries depuis 2017, il a fallu se frayer son passage dans la foule rassemblée pour l’apéritif, sur le parvis du bâtiment des années 20.

La sauvegarde de trois halles des années 1920 préserva la mémoire de l'ancien site industriel. 

Préfiguration

Architecte associé de Rogers Stirk Habour + Partners et mandataire du projet, Stephen Barrett évoque le changement radical d’ambiance, un an avant le démarrage des travaux d’aménagement et une décennie avant les dernières livraisons prévues pour  2030 : « Voici cinq ans, nous sommes arrivés dans un espace complètement fermé et monoculturel ; nous voilà bien partis pour le transformer en un quartier vert et exemplaire ».

Commentaires

Le ferroviaire et l’urbain fusionnent au sud de la gare de Lyon

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Date de parution : 06/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur