En direct

Le double visage des jardins de la dalle Beaugrenelle
Cerné par des bâtiments de grande hauteur et construit sur dalle, le projet contemporain est soumis à de nombreuses contraintes. - © © Traitvert

Le double visage des jardins de la dalle Beaugrenelle

le 03/05/2011  |  ParisIndre-et-LoireTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Chantiers
Paris
Indre-et-Loire
Technique
Valider

Au pied des tours du Front de Seine, une succession de séquences paysagères devra répondre à deux objectifs : satisfaire le regard depuis les étages des gratte-ciel et proposer un espace de vie à l’échelle des piétons.

L’objectif de requalification de la dalle de Beaugrenelle consiste à lui redonner une réelle qualité d’usage et de paysage. Datant des années 65/70, elle a en effet souffert d’un certain nombre de dégradations auxquelles s’ajoutent un aspect général vieillissant et une certaine difficulté d’orientation dans l’espace. Le programme devait également tenir compte d’une évolution sensible de la fréquentation de cette partie de la dalle, dans la mesure où elle sera directement connectée au futur centre commercial Beaugrenelle, actuellement en chantier (architectes Valode & Pistre).

Une nouvelle lisibilité

Le projet s’inscrit dans la continuité d’une phase précédemment réalisée à l’ouest - en termes d’ambiance végétale et de mobiliers - tout en apportant une identité propre aux nouveaux aménagements, avec pour ambition d’offrir aux promeneurs des séquences paysagères variées d’un bout à l’autre de ce vaste aménagement. Une fois ces données intégrées, la maîtrise d’œuvre s’est attachée, au niveau de la composition de l’espace, à restituer du confort visuel et une amélioration fonctionnelle aux usagers ainsi qu’une nouvelle lisibilité aux cheminements piétons qui deviennent clairement cadrés par un ensemble de jardins horizontaux généreusement plantés. Du fait de la présence des tours de grandes hauteurs, la conception des espaces à réaménager propose des jardins agréables à voir non seulement depuis les tours, mais aussi à l’échelle du piéton. Ces « jardins suspendus », permettent à la fois d’agrémenter visuellement l’ensemble de l’espace et d’offrir aux usagers de nouvelles promenades paysagées sur un site actuellement à dominante minérale, tout en ménageant de nombreux points de détente et un espace de jeux pour les petits dans la zone la plus ensoleillée de la dalle.

Un substrat « sur mesure »

Les compositions végétales des différents jardins jouent sur des essences aux couleurs et aux graphismes variés, tout en respectant des contraintes importantes, comme le manque d’ensoleillement presque total par endroit (masque des tours), l’exposition continue au vent et la faible épaisseur de terre autorisée par les contraintes de poids sur dalle. À ce titre, une prescription spécifique avec un substrat « sur mesure » a été mise au point avec un spécialiste. Quelques arbres tiges sont installés dans les jardinières et sur la place centrale, avec une implantation correspondant aux poteaux porteurs de la dalle, son hétérogénéité ne permettant pas d’envisager de s’écarter de ces points d’appui.

Paysage nocturne

Au centre de la dalle, une vaste place apparaît comme un point de convergences des principaux flux piétons, animée par un bassin miroir. Cette pièce d’eau - unique élément aquatique présent sur le site - offre un jeu de reflets avec les façades des tours et la fresque devant laquelle elle est implanté. L’endroit fait également force de signal à l’échelle de l’ensemble de la dalle, se situant au centre de celle-ci et étant le seul espace ouvert et libre de cette dimension sur le parcours parallèlement aux quais de Seine. Un mobilier urbain spécifiquement conçu pour le projet par l’agence « Traitvert » (constitué de bacs/jardinières creux en acier cintrés et de bancs courbes épousant ceux-ci) répond là aussi aux contraintes de poids et d’usages de l’espace, tout en participant à l’image forte et élégante des nouveaux aménagements. Enfin, un traitement totalement rénové de l’éclairage fonctionnel, sécurisant (mâts et projecteurs) et scénographique (leds encastrés dans les cheminements piétons pour souligner les principales jardinières) complète le changement d’image du site et offre un véritable « paysage nocturne » aux riverains et aux usagers.

L'aménagement s'étend sur 8 500 m2 hors constructions.
L'aménagement s'étend sur 8 500 m2 hors constructions. - © © Traitvert
Éric manfrino - Architecte paysagiste. Agence Traitvert paysage & urbanisme - « Nous avons privilégié un mobilier léger et résistant »

Comment travaille-t-on un espace qui sera « vu d’en haut » ?

Nous avons dessiné des jardins très graphiques, avec des bandes de plantations distinctes aux couleurs contrastées et constitué 3 strates de végétation : arborée, arbustive et herbacée.

Quelle a été votre réflexion au niveau du mobilier urbain ?

À cause des contraintes imposées par la dalle nous avons privilégié un poids minimum, une résistance aux usages déviants et une image contemporaine évoquant la fluidité et le vent.

Quels ont été vos choix végétaux ?

Nous avons privilégié la résistance et l’adaptation au peu d’épaisseur de terre, les systèmes racinaires peu importants et les faibles développements : cerisiers à fleurs, érables à peau de serpent, graminées et vivaces, fougères pour l’ombre…

Fiche technique

Surface : 8,500 m2 (hors bâtiments)
Revêtements de sol : dalles de granit, asphaltes grenaillés couleur sable…
Budget travaux : de 4 000 000,00 euros HT
Début des travaux : été 2011
Livraison : début 2012

Les intervenants

Maître d’ouvrage : SEMPARISEINE
Maîtrise d’œuvre : OGI BET infrastructure mandataire avec TRAITVERT paysage & urbanisme
Mise au point du substrat : Terreau Flore Bleue

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

La maintenance des bâtiments en 100 fiches pratiques

La maintenance des bâtiments en 100 fiches pratiques

Date de parution : 06/2019

Voir

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Date de parution : 11/2018

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur