En direct

Le devoir de conseil de l’architecte, un puits sans fond ?

Michel Huet, docteur en droit, avocat à la cour |  le 10/02/2015  |  ImmobilierArchitectureRéglementation

Gestion et professions -

Un peu de sémantique.

Le Conseil fut d’abord « l’endroit où l’on délibère » puis un projet, un dessin (Dictionnaire historique de la langue française dirigé par Alain Rey, Éditions Le Robert). C’est un espace où le langage est porteur d’un message : langage des mots ou langage des maux, problématique récurrente qui s’amplifie avec le devoir de conseil.

Distinguer mission de conseil et devoir de conseil.

La mission de conseil, inscrite dans une grille abstraite, construite par les rédacteurs des marchés publics ou des contrats privés, devrait être décrite avec précision. Il n’en n’est rien. Imbibés par les pratiques et les idéologies du xixe siècle, les maîtres d’ouvrage ne manquent pas, après un inventaire à la Prévert d’ajouter à la fin de la description « etc. ». L’architecte serait alors investi d’une « mission complète », indicible, nécessaire pour satisfaire son donneur d’ordre. Quant au devoir [...]

Cet article est réservé aux abonnés Opérations Immobilières, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

Le devoir de conseil de l’architecte, un puits sans fond ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur