En direct

Le CPE est mort et enterré

Defawe Philippe |  le 10/04/2006  |  France HygièneImmobilierRéglementationMarchés privés

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
France
Hygiène
Immobilier
Réglementation
Marchés privés
Valider

Jacques Chirac et Dominique de Villepin ont enterré lundi le CPE après plus de deux mois de crise, une décision saluée comme une victoire par les syndicats, tandis que l'opposition évaluait avec gourmandise les dégâts politiques pour la droite.

"Sur proposition du Premier ministre", le président de la République "a décidé de remplacer l'article 8 de la loi sur l'égalité des chances" créant le contrat première embauche "par un dispositif en faveur de l'insertion professionnelle des jeunes en difficulté", a annoncé l'Elysée lundi matin, à l'issue d'une réunion avec les principaux responsables du dossier au sein du gouvernement et de la majorité.
Un peu plus tard, dans une brève allocution à Matignon, le Premier ministre, qui avait lancé le CPE le 16 janvier, annonçait également son remplacement dans des termes quasiment identiques.
"Les conditions nécessaires de confiance et de sérénité ne sont réunies ni du côté des jeunes, ni du côté des entreprises pour permettre l'application" du CPE, a souligné M. de Villepin, regrettant de ne pas avoir été "compris par tous" sur ce sujet.
Dans la foulée, le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, a annoncé le dépôt ce lundi de la proposition de loi remplaçant le CPE.

Le débat sur le texte "pourrait débuter mardi soir" à l'Assemblée, a-t-on appris lundi soir de source gouvernementale.
La proposition de loi "sur l'accès des jeunes à la vie active en entreprise" prévoit une aide à tout employeur embauchant en CDI un jeune de 16 à 25 ans de faible qualification, ou résidant en zone urbaine sensible ou titulaire d'un contrat d'insertion dans la vie sociale (Civis).

Les syndicats et les organisations étudiantes et lycéennes mobilisées contre le CPE, qui avaient donné au gouvernement jusqu'au 17 avril pour l'abroger, ont aussitôt crié victoire.
Réunie dans l'après-midi, l'intersyndicale s'est félicitée d'un "authentique succès", tout en affirmant rester "vigilante".
Bernard Thibault (CGT) a salué "une victoire contre la précarité", donnant rendez-vous à "un 1er mai de victoire et de revendication".
François Chérèque (CFDT) a déclaré que "l'objectif de retrait du CPE était atteint", même s'il attendait de connaître "le contenu détaillé de la nouvelle proposition de loi".
Tout en se réjouissant d'une "première victoire déterminante", Bruno Julliard (Unef, étudiants) a appelé à "maintenir la pression jusqu'au vote par le Parlement" de l'article de loi.
La Confédération étudiante a appelé à "lever les blocages dans les universités pour permettre" la tenue des examens.
Peu de blocages ont toutefois été levés dans les facs en attendant la journée d'actions prévue mardi: 33 universités sur 62 qui fonctionnent (22 sont en vacances) étaient perturbées à des degrés divers lundi, dont 19 totalement bloquées, selon un décompte établi par l'AFP.

De son côté, l'UMP s'est félicitée d'une "solution d'apaisement", tandis que François Bayrou (UDF) a déploré un "gâchis" et "deux mois perdus".
A l'image du PCF saluant une "très grande victoire populaire", les partis de gauche, unis durant la crise, jubilaient.
Le chef de file des députés socialistes, Jean-Marc Ayrault a pointé "le délitement d'un pouvoir chiraquien qui a plongé les institutions dans une crise de régime". Le premier secrétaire du PS François Hollande a prévenu que les socialistes seraient "vigilants" sur le nouveau texte.
Les Verts ont dénoncé un "bricolage pour ne pas perdre la face".
Philippe de Villiers (MPF) a, lui, ironisé sur "le parti unique de la reculade, l'UMP-CGT, dirigé par Nicolas Sarkozy et Bernard Thibault".

Thomas MORFIN (AFP)

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Ré(investir) les toits

Ré(investir) les toits

Date de parution : 11/2020

Voir

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Date de parution : 11/2020

Voir

L'urbanisme commercial

L'urbanisme commercial

Date de parution : 11/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil