Transport et infrastructures

Le contournement ferroviaire Nîmes-Montpellier mis en service

Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, chargée des Transports  devait inaugurer ce lundi 18 décembre, le contournement ferroviaire de la LGV Nîmes –Montpellier. Une cérémonie annulée suite au dramatique accident entre un car scolaire et  un TER, le 14 décembre à hauteur du passage à niveau de Millas (Pyrénées-Orientales).

Depuis le 10 décembre, le fret emprunte le tout nouveau contournement ferroviaire de la LGV Nîmes-Montpellier. Oc’Via, le groupement privé mené par Bouygues Construction a réalisé la maîtrise d’œuvre et assurera l’exploitation et la maintenance jusqu’en 2037. Il a fallu quatre ans pour tailler ces 80 km de ligne entre la future gare de Manduel, à l’Est de Nîmes (Gard), et la nouvelle gare Montpellier-Sud de France (Hérault), qui sera mise en service pour le trafic voyageur, le 8 juillet 2018.

Les co-financeurs publics ont mobilisé au total 1,757 milliard d’euros. 303 millions pour SNCF Réseau, 830 millions de l’Etat  et 448 millions des collectivités (Région, Conseil départemental du Gard et métropoles de Nîmes et Montpellier) et 39 millions de l’Union Européenne (qui reversera 104 millions supplémentaires à l’Etat et aux collectivités).

 

Survolez le chantier en vidéo :

 

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Plus aucune ligne nouvelle en construction, du jamais vu depuis 1984 !

    Jour d’inauguration, mais aussi jour funeste pour la France ferroviaire. Avec la mise en service du Contournement de Nîmes et Montpellier (CNM), la France se retrouve dans une situation qu’elle n’avait pas connue depuis plus de trente ans, exactement depuis 1984, année qui avait suivi la mise en service de la seconde phase de la LGV Paris-Sud-Est et qui avait précédée le début du chantier de la LGV Atlantique. Il n’y a donc plus aucune ligne nouvelle en construction dans notre pays (le tunnel de base de la ligne Lyon-Turin étant d’une nature particulière). A la différence d’autres pays européens ou asiatiques (Espagne, Chine), la France n’a jamais réussi, sur le long terme, à construire 100 km de ligne nouvelle par an. L’espoir né avec le Grenelle de l’Environnement (2009) est retombé …
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X