Transport et infrastructures

Le contournement de Strasbourg reçoit un jugement sévère de l’Autorité environnementale

Mots clés : Entreprise du BTP

A quelques semaines de l’enquête publique sur le projet autoroutier de Vinci, l’Autorité environnementale recommande la reprise et l’enrichissement de nombreux points de l’étude d’impact.

Décidément, le contournement ouest de Strasbourg (COS) a bien du mal à convaincre les gardiens du Temple environnement. Après deux avis défavorables du Conseil national de protection de la nature (CNPN) au second semestre 2017, c’est l’Autorité environnementale (AE) qui salue avec forte tiédeur les études d’impact de Vinci, porteur du projet de 550 millions d’euros pour 24 kilomètres. En 33 pages denses, datées du 21 février 2018, elle émet une trentaine de recommandations sur la quasi-totalité des sujets. Elle pointe les «nombreuses insuffisances de forme et de fond du dossier» pour demander d’en «reprendre et remettre en forme» l’ensemble, avant l’enquête publique attendue ce printemps.

A la décharge de Vinci, ses études sont nécessairement le fruit d’actualisations successives de données plus ou moins homogènes, puisque le document initial date de 2006, préalable à la déclaration d’utilité publique obtenue deux ans plus tard et prorogée en janvier dernier.

 

Qualité de l’air

 

Bien que cet avis ne porte formellement que sur l’étude d’impact sans se prononcer sur la pertinence du projet, plusieurs points se rapprochent grandement du fond du dossier.

L’Autorité environnementale insiste en particulier sur la qualité de l’air, en recommandant de «préciser la part de la contribution du projet à (son) amélioration», avec définition de «mesures complémentaires» de diminution des concentrations en dioxyde d’azote et particules fines. Or cette amélioration à l’échelle de l’agglomération, et celle de la santé publique plus généralement, est un argument de plus en plus brandi par les partisans du COS, eu égard à la décongestion du trafic sur l’actuelle autoroute A35 qu’il doit générer. Mais sur ce point également, l’AE demande à Vinci d’être plus complet dans son argumentation.

Parmi d’autres griefs, l’Autorité environnementale juge «non traités» les impacts sur le sol et le développement de l’urbanisation. Sur les mesures compensatoires, elle se montre exigeante, mais moins sévère – Vinci n’a pas ménagé sa peine pour les améliorer au fil de la conception du projet – par exemple sur le dossier emblématique de la protection du grand hamster d’Alsace où elle attend que soit mieux démontrée la pérennité des mesures. Elle porte aussi son attention sur les zones humides, afin d’«approfondir la caractérisation des sites de compensation» des 44,5 hectares qui seront détruits.

 

Pas de saucissonnage

 

L’Autorité environnementale recommande de produire une étude d’impact unique, sur le projet Vinci et la petite portion qui relève de la Sanef, concessionnaire de l’A4, à savoir les bretelles de l’échangeur avec l’A35 et l’A4. «La présence de maîtres d’ouvrage distincts ne peut motiver la présentation d’études d’impact distinctes qui conduiraient à «saucissonner» le projet», écrit l’AE.

Cet avis engage Vinci dans une course contre la montre s’il souhaite s’y conformer, au moins en majeure partie. L’enquête publique est annoncée par l’Etat «au début du printemps», soit dans quelques semaines. Mais au final, tous les «signaux» de l’Etat vont au feu vert aux travaux, qui commenceraient dès cet été. Le mois dernier encore, Nicolas Hulot a jugé le COS «pas parfait, mais c’est le moins mauvais compromis».

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    honteux

    On se moque des Alsaciens. Les gens qui font ces commentaires ne sont jamais venus sur place(bouchons, accidents…) pour rédiger leur avis. Tout le monde ne peut pas toujours prendre les moyens de transport. L argument pollution de l air des autorisés est nul car la pollution de l airdue à la circulation excessive des camions et voitures souvent pris dans des bouchons ou semi arrêt augmente considérablement la pollution de Strasbourg et environs (usines) due aussi à la situation particulière, une cuvette. Il y en a mare d être le dindon de la farce. Ce contournement devrait être fait depuis tellement longtemps et chaque fois reporté!
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X