En direct

Le Conservatoire du littoral souffle ses 30 bougies

Defawe Philippe |  le 15/07/2005  |  France Collectivités localesDroit de l'environnementSantéUrbanisme

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Environnement
Collectivités locales
Droit de l'environnement
Santé
Urbanisme
Réglementation
Technique
Valider

A l’occasion de son 30ème anniversaire, le Conservatoire du littoral publiera lundi un Atlas présentant sa stratégie jusqu'en 2050 et une cartographie de ses propriétés actuelles et futures.

Depuis 1975, le Conservatoire a acquis en moyenne 2.500 hectares par an d'espaces fragiles qu'il a aménagés sur son propre budget (35 millions d'euros par an actuellement) et fait gérer par ses partenaires (collectivités locales, ONG, autres établissements publics et fondations appartenant à de grosses entreprises).
Il possède aujourd'hui 700 sites naturels représentant 85.000 hectares, dont plus de 15.000 hectares Outremer, sur 860 km de côtes et une dizaine de lacs métropolitains de plus de 1.000 hectares chacun (lacs d'Annecy et du Bourget notamment dans les Alpes). Quelque 75.000 hectares ont été achetés et 10.000 hectares affectés au Conservatoire par les pouvoirs publics.

A l'horizon 2050, l'établissement ambitionne de porter le total de ses acquisitions à 200.000 hectares en métropole et 70.000 hectares dans les quatre départements et deux collectivités d'Outremer (Mayotte et Saint-Pierre et Miquelon) où il peut intervenir. En se faisant affecter 30.000 hectares supplémentaires par l'Etat, il pourrait contrôler ainsi quelque 300.000 hectares, dont 30% des rivages métropolitains ("le tiers sauvage").

L'objectif avait été fixé initialement à 2030, lors du 20ème anniversaire en 1995. Il a été repoussé à 2050 l'an passé, compte-tenu de problèmes budgétaires récurrents et de l'envolée du foncier inconstructible (0,82 euro/m2 en 2004 contre 0,43 euro/m2 en 1997).
Le Conservatoire reçoit de l'Etat les trois quarts de son budget, le reste provenant de l'Union européenne, des collectivités locales et de grandes fondations privées comme celles du pétrolier français Total et du conglomérat américain Procter and Gamble.
Au gré des dotations du ministère de l'Ecologie, son ministère de tutelle, et de rallonges de fortune lors de collectifs budgétaires (6 millions d'euros en 2004 puisés dans la trésorerie des Agences de l'eau, 8 millions en 2005 arrachés à Bercy), ses moyens d'intervention ont évolué en dents de scie.
Mesurés en euros constants, ils ont fondu de 33 millions d'euros en 1981 à 19 millions d'euros en 2004 et 2005.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 06/2019

Voir

Droit de l’Aménagement, de l’Urbanisme, de l’Habitat – 2019

Droit de l’Aménagement, de l’Urbanisme, de l’Habitat – 2019

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur