Commande publique

Le Conseil d’Etat encourage les acheteurs publics à régulariser les offres

Le décret marchés publics du 25 mars 2016 ne fait mention que d’une faculté de régularisation des offres irrégulières. Mais le Conseil d’Etat a considéré, dans une décision rendue mi-avril, que le seul fait pour un candidat de ne pas tenir compte du bordereau initial des prix modifié par le pouvoir adjudicateur n’est pas de nature à entacher l’offre d’irrégularité.

Par une décision rendue le 16 avril 2018, la Haute juridiction administrative retient une approche souple de la notion d’offre irrégulière dans les marchés publics – et incite les acheteurs publics à autoriser un « rattrapage ». L’affaire portait sur un appel d’offres lancé par un département en vue de passer un marché de travaux divisé en cinq lots. Une entreprise voit son offre rejetée pour le lot 1, car considérée comme irrégulière. Motif : elle n’avait pas utilisé le bordereau des prix unitaires modifié par l’acheteur.
Le tribunal administratif, saisi d’un recours en référé précontractuel par ce candidat évincé, annule la décision d’attribution du lot et enjoint l’acheteur de reprendre la procédure au stade de l’analyse des offres. Le litige arrive en cassation, et c’est l’occasion d’observer l’appréciation que fait le Conseil d’Etat d’une...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X