Le Conseil constitutionnel valide l'essentiel du budget 2023

Basé sur une prévision de croissance plus optimiste que les anticipations des institutions française et internationales, le budget pour 2023 construit par le gouvernement est bien sincère, selon la Haute juridiction.

Partager
Le Conseil constitutionnel valide l'essentiel du budget 2023
Le Palais Royal abrite le Conseil constitutionnel.

Bercy triomphe. « Le Conseil constitutionnel confirme l’entrée en vigueur des principales dispositions du budget 2023 », lit-on dans un communiqué. L’essentiel de la loi de finances du gouvernement pour 2023 a en effet été validé le 29 décembre par l’institution présidée par l’ancien Premier ministre Laurent Fabius.

Et le ministère de l’Economie de lister les bons points : « la suppression en deux ans de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), [...] la prolongation et le renforcement des boucliers contre la hausse des prix de l’énergie pour les ménages, les collectivités et les entreprises [et] l’introduction d’un ticket modérateur pour le compte personnel de formation (CPF) ». Il estime aussi que le texte « réaffirme la priorité donnée à la transition écologique, notamment en mettant en place un fonds vert de 2 milliards d’euros dédié à l’accélération de la transition écologique dans les territoires et en renforçant les moyens dédiés à la rénovation énergétique, au verdissement des transports du quotidien et à la stratégie nationale pour la biodiversité

À LIRE AUSSI

PLF 2023 : les amendements relatifs à l'habitat, à l'urbanisme et aux collectivités retenus après le 49.3

Sept articles censurés

Le Conseil constitutionnel a également déclaré le budget 2023 sincère, écartant les griefs de députés qui mettaient en cause les prévisions économiques du gouvernement sur la base des réserves émises par le Haut Conseil des finances publiques dans son avis du 21 septembre dernier. Le Conseil constitutionnel a notamment jugé que la prévision de croissance de 1% du PIB en 2023 sur laquelle est fondée le budget n'est pas entachée « dune intention de fausser les grandes lignes de léquilibre de la loi » budgétaire.

À LIRE AUSSI

Christophe Béchu veut sortir le climat de l’orthodoxie budgétaire

Dans sa dernière estimation de septembre, la Banque de France prévoyait une croissance du PIB en 2023 comprise entre -0,5% et 0,8%. L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), elle, anticipe une progression de 0,6% tandis que le Fonds monétaire international (FMI) table sur 0,7%.

La Haute juridiction a tout de même écarté du texte sept articles au motif que leur objet nest pas de nature budgétaire. Se trouve notamment rejeté l’article 143 instituant une conférence de financement des transports en Ile-de-France.

À LIRE AUSSI

Comment le ralentissement économique et l'inflation vont secouer l'immobilier

Pas de problème pour les dix recours au 49-3

Elle a en revanche validé les modalités d’utilisation de l’article 49-3 de la Constitution, attaquées par des députés. Cette procédure, qui permet au gouvernement de faire adopter un texte législatif sans vote en engageant sa responsabilité, a permis par dix fois à la Première ministre Elisabeth Borne de passer en force pour la loi de finances 2023. Son utilisation est illimitée en matière budgétaire.

Les députés requérants avaient estimé anticonstitutionnel dengager « la responsabilité du gouvernement devant l’Assemblée nationale sur le vote de la première puis de la seconde partie » du projet de budget, soutenant que « la constitution imposerait d’exercer cette prérogative sur le vote de l’ensemble du projet », rappelle le Conseil dans sa décision. Les Sages de la rue de Montpensier leur ont donné tort, statuant « qu’aucune exigence constitutionnelle n’a été méconnue lors de la mise en œuvre de la procédure prévue par le troisième alinéa de l’article 49 de la constitution ».

Le 28 décembre, le Conseil constitutionnel avait déjà validé l’essentiel du budget de la Sécurité sociale pour 2023, hormis le déremboursement de certains arrêts de travail prescrits en téléconsultation.

À LIRE AUSSI

Une discorde à 12 milliards

Top 1000 des entreprises du BTP

Abonnés

Retrouvez le classement annuel des 1 000 plus grandes entreprises de BTP et construction en France

Je découvre le classement
Mon actualité personnalisable

Suivez vos informations clés avec votre newsletter et votre fil d'actualité personnalisable.
Choisissez vos thèmes favoris parmi ceux de cet article :

Tous les thèmes de cet article sont déjà sélectionnés.

  • Vos thèmes favoris ont bien été mis à jour.

Sujets associés

NEWSLETTER Architecture

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS LE MONITEUR

Tous les événements

Les formations LE MONITEUR

Toutes les formations

LES EDITIONS LE MONITEUR

Tous les livres Tous les magazines

Les services de LE MONITEUR

La solution en ligne pour bien construire !

KHEOX

Le service d'information réglementaire et technique en ligne par Afnor et Le Moniteur

JE M'ABONNE EN LIGNE

+ 2 500 textes officiels

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

25 - CC DU LOUE LISON

Travaux d'entretien de la voirie de la Communauté de Communes Loue Lison.

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS

Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil