En direct

Le comptage se construit à tâtons

Michel Laurent |  le 25/10/2013  |  Réglementation thermiqueImmobilier

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réglementation thermique
Immobilier
Valider
Energie -

La RT 2012 a lancé le comptage énergétique dans l’habitat. Pour autant, faute de clarté réglementaire, l’offre n’est ni mature ni cohérente d’un fournisseur à l’autre.

Tous les acteurs de la performance énergétique le disent : c’est en la mesurant qu’on prend conscience de sa consommation d’énergie et de l’intérêt des écogestes. Pour les constructions neuves, la RT 2012 a donné le départ avec l’article 23 de l’arrêté du 26 octobre 2010 : « Les maisons individuelles ou accolées ainsi que les bâtiments ou parties de bâtiments collectifs d’habitation sont équipés de systèmes permettant de mesurer ou d’estimer la consommation d’énergie de chaque logement. » Pour autant, chacun peut lire dans ce texte ce qui l’arrange. D’où la parution, le 30 mai 2013, d’une fiche émanant des ministères concernés, du CSTB et de l’Ademe. Un document qui décrit quelques systèmes susceptibles de répondre aux exigences de l’arrêté.

Limiter le coût de la construction

On peut y lire par exemple : « En cas de production collective de chauffage et/ou d’eau chaude sanitaire, la consommation d’énergie mensuelle par poste de chaque logement fournie à l’occupant peut être estimée selon une clé de répartition définie par le maître d’ouvrage (exemples de répartition : prorata des surfaces habitables, tantièmes, répartition des postes chauffage et eau chaude sanitaire issue de l’étude thermique…). » Ou encore : « Le “système’’ s’appuie sur les consommations affichées au(x) compteur(s) d’énergie, et éventuellement des informations de consommation issues des équipements consommant de l’énergie. Les consommations sont relevées et saisies manuellement par l’utilisateur dans le logiciel informatique, a minima mensuellement, afin de déterminer une répartition des consommations par poste. » Force est de constater qu’on n’est pas beaucoup plus avancé, comme si les ministères impliqués n’avaient pas vraiment souhaité avancer sur le sujet. Car imposer un vrai système de mesure aurait, au moins dans un premier temps, encore accru le coût de la construction dans une période où les accédants ne sont pas si nombreux. Certes, les fabricants font des propositions techniques, comme ABB (stand 1E35) et sa passerelle énergie, BEG (1D25) et son sous-comptage domotique Smarthome, Delta Dore (1E25) et son kit Tywatt 1000 constitué de trois capteurs d’intensité et d’un concentrateur, ou encore Schneider Electric (1D77) et son Wyser Link, qui regroupe toutes les mesures de comptage (énergies et fluides) sur une interface de communication filaire unique. Mais ces propositions partent dans tous les sens tant que le cahier des charges n’a pas été précisé. Aujourd’hui, il semble certain que la mesure passera par le tableau électrique, d’une part pour les mesures directes sur les circuits électriques, d’autre part pour communiquer les résultats aux gestionnaires, prestataires ou exploitants via Internet. Transmises par fil ou par radio, les mesures des autres énergies et fluides (gaz, fioul, chaleur, eau) arriveront également dans le tableau, jusqu’à un concentrateur de données. Il y a aussi de fortes chances pour que la domotique soit mise à contribution. Moyennant quelques capteurs et développements informatiques supplémentaires, elle se révèle en effet idéale pour transmettre les données et, pourquoi pas, gérer un jour les fonctions de délestage dans un contexte de smart grid opérationnel.

PHOTO - 748790.BR.jpg
PHOTO - 748790.BR.jpg - © Manuel CLAUZIER
PHOTO - 753729.BR.jpg
PHOTO - 753729.BR.jpg - ©
PHOTO - 748791.BR.jpg
PHOTO - 748791.BR.jpg - © VINCENT PANCOL/LE MONITEUR
L'expert - « Les mesures brutes ne suffisent pas »

« Afficher une consommation brute en kWh ne suffit pas. Pour apporter une information réellement pertinente, il convient de coupler cette information à la température ambiante et à la température extérieure. Autre exemple : en complément des mesures d’énergie et d’eau pour l’eau chaude sanitaire, il serait utile de savoir en temps réel combien de personnes vivent dans le logement. En plus de contextualiser les mesures de consommation, il faudrait y ajouter une notion financière, avec une mise à jour régulière des tarifs. En marge du comptage et de la consommation des énergies, il ne faut pas oublier l’augmentation, certes relative, des coûts d’abonnement à ces énergies. Par ailleurs, l’augmentation des coûts d’entretien des équipements est bien réelle, notamment pour les appareils multi-énergies. L’équation financière doit prendre en compte l’ensemble de ces paramètres. »

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur