Le Commerce du Bois renforce l’exigence environnementale pour ses membres
Logo de l'association LCB - © © Le Commerce du Bois

Le Commerce du Bois renforce l’exigence environnementale pour ses membres

Maya Pic |  le 04/10/2016  |  BoisCentre commercialERPRéglementationFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Négoce
Bois
Centre commercial
ERP
Réglementation
France
Immobilier
Bâtiment
Hygiène
Valider

L’association Le Commerce du Bois (LCB) a été nommée organisme de contrôle par la Commission européenne en 2015, dans le cadre de la lutte contre les importations illégales de bois en France et en Europe. Pour renforcer son action d’organisation de contrôle et promouvoir davantage le commerce responsable de bois, LCB accroît les exigences environnementales auprès de ses membres.

Créée en 2000, l’association LCB rassemble désormais plus de cent sociétés (agents, importateurs et négociants regroupés sous le label Expert Relais Bois) qui respectent des engagements environnementaux et qualitatifs sur leur offre de solutions bois et de services aux clients.

Précurseur en matière de gestion durable des forêts, Le Commerce du Bois a élaboré dès 2006 pour ses membres une charte environnementale de l’achat et de la vente responsables. Basée sur une évaluation en fonction de deux critères, elle s’attachait, pour les achats, au pourcentage de bois issu de forêts à certification durable, et, pour la vente, à la qualité de la communication et des informations dispensées aux clients.

Rassurer le public, les clients et les prescripteurs

En 2015, dans le cadre du Règlement bois de l’Union européenne (RBUE), Le Commerce du Bois a été nommé par la Commission européenne organisme de contrôle, le second en France après le Bureau Veritas. Depuis son déploiement, 22 sociétés membres de LCB ont choisi son « système de diligence raisonnée » (voir focus), et neuf importateurs ont déjà reçu leur attestation de conformité.

Si pour atteindre ces résultats, l’association a consacré 20% de son budget en 2015, elle souhaite s’engager encore plus aujourd’hui, en demandant davantage de garanties à ses adhérents. Tant pour répondre à l’attente sociétale, que pour rassurer les clients, les prescripteurs et le grand public sur l’origine des bois et la gestion durables des forêts.

Nouveau statut Gold pour les membres LCB

Pour ses adhérents importateurs, LCB demande désormais un audit de charte environnementale, une attestation de conformité au RBUE et la possession d’une chaîne de contrôle. Précédemment, seule la charte environnementale était requise. « Nous modifions nos statuts pour accroître l’exigence auprès de nos membres en terme de volume acheté et de procédure tout en leur offrant de nouveaux services. Un nouveau statut Gold mettra en avant les membres qui privilégient la vente de produits certifiés », détaille Pierre Gautron, président de LCB.

L’association continue à se doter de moyens pour son métier d’organisation de contrôle. Ces prochaines années, elle prévoit d’investir de nouveau pour continuer la promotion du commerce responsable du bois et pour multiplier ses adhérents. « Notre objectif est d’avoir 40 importateurs certifiés d’ici deux ans. Et, souligne Pierre Gautron, nous avons également conçu un processus de RBUE adapté pour les agents et les négoces ».

RBUE et diligence raisonnée

En mars 2013 est entré en vigueur le Règlement Bois de l’Union Européenne (RBUE), qui vise à écarter du marché européen le bois et les produits dérivés issus de récoltes illégales. Il oblige tous les acteurs de la filière bois à s’assurer, au minimum, que le bois a été prélevé en conformité avec la réglementation du pays d’origine. Pour les opérateurs du marché (ou metteurs en marché), ceux qui introduisent et commercialisent des produits bois pour la première fois en UE, la procédure est plus complexe. Ils ont l’obligation de mettre en place un « système de Diligence Raisonnée », soit un ensemble de mesures destinées à réduire au minimum le risque de mise sur le marché de bois illégal. Sa mise en œuvre passe par trois étapes (collecte d’informations, analyse des risques, mise en place de mesures d’atténuation des risques). Les opérateurs peuvent utiliser leur propre système de diligence raisonnée ou avoir recours à un système fourni par un organisme de contrôle. En France, Le Commerce du Bois et le Bureau Véritas sont les deux organismes de contrôle agréés.

Commentaires

Le Commerce du Bois renforce l’exigence environnementale pour ses membres

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat – 2020

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat – 2020

Date de parution : 09/2020

Voir

Villes et territoires de l’après-pétrole 

Villes et territoires de l’après-pétrole

Date de parution : 08/2020

Voir

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Date de parution : 08/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur