En direct

Le chanvre, un isolant biosourcé promis à un bel avenir
Démonstration de la mise en œuvre de béton de chanvre lors de la journée « applications » organisée par l’interprofession Interchanvre, le 29 août dernier en Vendée - © ©Jean-Philippe Defawe

Le chanvre, un isolant biosourcé promis à un bel avenir

Jean-Philippe Defawe (Bureau de Nantes du Moniteur) |  le 02/09/2014  |  AubeDordogneVendéeFrance entièreProduits et matériels

« Du champ au chantier », c’est la devise de la coopérative agricole vendéenne Cavac, première en Europe à industrialiser sa production pour proposer une offre complète d’isolants pour le bâtiment et qui a accueilli sur son site les acteurs français de la filière.

Vendredi 29 août, toute la filière chanvre était rassemblée à Saint-Gemme-La-Plaine (Vendée) pour une journée dédiée à l’application dans le bâtiment de cette plante naturellement écologique et issue de la filière agricole. Le choix du site n’était pas dû au hasard car la coopérative agricole Cavac (5000 agriculteurs, environ un milliard d'euros de chiffres d’affaires, 1200 salariés) y a investi 10 millions d’euros dans la construction d’un site de production (12000 m2 couverts en cours d’agrandissement) entièrement dédié à la transformation du chanvre.

« Nous sommes les seuls acteurs en Europe à maîtriser l’ensemble de la filière, de la culture à la livraison sur le chantier en passant par le défibrage, le nappage et le conditionnement » explique Olivier Joreau, directeur de Cavac Biomatériaux, filiale dédiée à la fabrication d’isolants biosourcés.

Créée en 2009, Biofib’isolation, sa marque d’isolants naturels à base de fibres végétales (chanvre et lin) est désormais référencée nationalement, dans la plupart des réseaux de négoces (Point P, Chausson Matériaux, Gedimat, Tout Faire, SAMSE, VM, Denis Matériaux, Réseau Pro…). Cavac Biomatériaux travaille également d'autres matériaux comme la ouate de cellulose ou les fibres textiles. Certains produits de la gamme bénéficient d'ATec, ATE ou de la certification ACERMI.

S'émanciper de l'image "cannabis"

Poussé par des acteurs comme la Cavac, le chanvre s’émancipe peu à peu de l’image « cannabis » qui lui est encore associée. « Un yaourt au lait de chanvre va être lancé prochainement et tout ce qui contribue à changer l’image du chanvre va dans le bon sens » fait remarquer John Hobson, président de l’European Industrial Hemp Association (EIHA) qui annonce également la sortie de nouvelles applications thérapeutiques, notamment contre l’épilepsie. 
 « En France, 11 500 ha ont été consacrés à la culture du chanvre en 2003 » annonce Dominique Briffard, nouveau président d’Interchanvre, l’Interprofession du chanvre, qui regroupe les acteurs agricoles et industriels du secteur. Deux grandes régions sont concernées : l’Est autour notamment de l’acteur historique, la chanvrière de l’Aube (5000 ha et 35 000 tonnes de paille) et l’Ouest autour de Cavac Biomatériaux (1500 ha, 10 000 tonnes de paille). Pour l’agriculteur vendéen, l’intérêt de la culture du chanvre est multiple : absence totale de phytosanitaire (ni désherbants, ni fongicides, ni insecticides), culture peu gourmande en fertilisants (69 unités d’azote apportées par an contre 150 pour le blé), absence d’irrigation (racines très profondes et forte rusticité), amélioration des sols  (augmentation de la capacité de rétention en eau), allongement de la rotation (rupture des cycles parasitaires)…

Isolant et écologique

Comme pour l’agriculture, les atouts du chanvre sont nombreux dans la construction, avec en tête, son pouvoir isolant et ses vertus écologiques. La chènevotte calibrée (commercialisée sous le nom Biofibat) illustre bien ces qualités. Lancée l’année dernière, ce nouveau granulat permet la réalisation d’enduits et de bétons de chanvre particulièrement adaptés à la construction des maisons à ossature bois (ossature noyée dans la maçonnerie ou structure apparente).

Avec ses techniques constructives nouvelles, le chanvre peine encore à se développer dans la construction. Environ 10% de la production française de chanvre est transformée pour le bâtiment, ce qui représenterait quelque 1000 maisons par an. Une production encore marginale mais qui devrait se développer rapidement, notamment grâce au nouveau Label Bâtiment Biosourcé. L’architecte Jean-Marc Naumovic, nouveau président de l’association « Construire en chanvre » en est convaincu. Et ce militant de conclure par un argument-choc : « Le chanvre est l’un des rares systèmes constructifs permettant de dépolluer la planète !»

Commentaires

Le chanvre, un isolant biosourcé promis à un bel avenir

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur