En direct

Le chantier du stade Beaublanc de Limoges redémarrera en janvier
Emile-Roger Lombertie, maire LR de Limoges (à d.) en compagnie de Christian Birbaud (à g.) directeur régional de Eiffage Construction sur le chantier du stade de Beaublanc - © © Ville de Limoges/ Auteur Julien Dodinet

Le chantier du stade Beaublanc de Limoges redémarrera en janvier

Julie Carnis |  le 07/11/2016  |  EntreprisesTechniqueHaute-VienneConception réalisationbeaublanc

Après plus de deux ans d’interruption à la suite de la découverte de malfaçons structurelles dangereuses, attribuées au bureau d’étude et d’ingénierie RFR GO +, le chantier du stade de Beaublanc à Limoges, reprendra en janvier sous la houlette de Eiffage Construction.

Il devait être la fierté de l’équipe municipale sortante, il est devenu l’épine dans le pied de l’équipe élue en 2014 : le stade d’honneur de Beaublanc à Limoges dont le chantier de rénovation-restructuration avait commencé fin 2012, aurait dû être livré en 2015.  Or il est au point mort depuis février 2014.

En cause, des malfaçons structurelles dangereuses pour l’accueil du public détectées lors de l’apparition de fissures sur la face intérieur des consoles du balcon du gradin supérieur.  C’est l’apparition de ces premières fissures qui a motivé plusieurs audits sur l’ensemble de la structure béton, dont la dernière en date, livrée  il y a un an, a conclu à 12 typologies d’erreurs entraînant la nécessité de travaux de renforcement sur environ 150 points différents.

Ingénieriste en faillite

Il aura fallu de longues batailles d’experts pour déterminer les responsabilités dans cette affaire « rarissime » selon Christian Birbaud directeur régional de Eiffage Construction, aujourd’hui maître d’œuvre du chantier.

La responsabilité a été trouvée en la personne le bureau d’étude RFR GO+, chargé de l’ingénierie, liquidé judiciairement en août 2014 et de son sous-traitant allemand  RFR Gmbh qui sous-traitait lui-même en Chine et qui, a à la suite de son bureau français a été liquidé début 2015.

La disparition de cet interlocuteur clé a entraîné le blocage de trois importants chantiers en France : Les pôles d’administration publique et de compétences en propriété intellectuelle  de Strasbourg, la Toulouse School of Economic et le stade de Beaublanc à Limoges. Sur ces trois chantiers les mêmes erreurs de calculs de la charge du béton ont été commises à ceci près que « le cas de Beaublanc semble plus complexe techniquement et financièrement » assure la Ville.

« Honnêtement je n’ai jamais vu un cas pareil en 20 ans de carrière, l’ancienne municipalité n’avait aucune raison de douter des qualités du prestataire qu’elle avait choisi, son expertise en matière de béton était reconnue de toute la profession » explique Christian Birbaud.

Après de nombreux doutes sur la pérennité du stade, la solution est finalement venue de Eiffage Construction. À l’origine prestataire sur le chantier, l’entreprise s’est vue confier l’ensemble de la maîtrise d’œuvre pour l’avenir.  Et c’est avec soulagement que Christian Birbaud et le maire de la ville Emile-Roger Lombertie ont présenté leurs solutions le 4 novembre.

Un coût supplémentaire de 7 à 10 millions € HT

 « Les solutions de renfoncements que nous allons mettre en œuvre sont connues et très bien maîtrisées, mais les opérations vont s’avérer plus complexes et minutieuses, car une grande partie de l’ouvrage n’est plus accessible pour les gros engins de chantiers. Ainsi les renforcements béton par surépaisseurs seront réalisés à la main. Les erreurs de calculs ont entraîné un sous-dimensionnement des ferraillages, des armatures seront ajoutées en 35 points et des travaux de renforcement des fondations seront également effectués. Nous seront amenés à élargir certaines parties de soutien béton, et en certains endroits nous injecterons des résines à haute résistance, le résultats sera pour ainsi invisible de l’extérieur » détaille Christian Birbaud.

Le chantier reprendra donc dès janvier, pour au moins 18 mois, et pour un coût supplémentaire de 7 à 10 millions d’euros hors taxes, mais le « stade de porcelaine » sera bien livré.

« Nous avons assez perdu de temps, il faut se mettre à la tâche » a expliqué le maire de Limoges, annonçant au passage que pour relancer rapidement le chantier, la Ville a décidé de faire l’avance des fonds. Pour autant, la bataille juridique continue entre la Ville, les assurances et divers protagonistes du dossier.

Commentaires

Le chantier du stade Beaublanc de Limoges redémarrera en janvier

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX