En direct

Le chantier du Mont-Saint-Michel prendra plus de temps que prévu
Les cinq piles finalisées et les quatre vannes ouest installées (crédit: Syndicat Mixte). Cliquez sur l'image pour l'agrandir. - ©

Le chantier du Mont-Saint-Michel prendra plus de temps que prévu

Defawe Philippe |  le 10/12/2007  |  ArchitectureAménagementFrance entière

Le calendrier des travaux de désensablement du Mont-Saint-Michel accusera un retard d'au moins deux ans par rapport au calendrier initial en raison des évolutions du projet, a indiqué lundi le syndicat mixte maître d'ouvrage du projet.

"On sait aujourd'hui qu'il y aura un décalage dans le temps", a indiqué au cours d'une conférence de presse à Caen Philippe Duron, président du syndicat mixte Baie du Mont-Saint-Michel, en estimant ce "décalage" à deux ans, voire un peu plus, ce qui porte la fin des travaux vers 2014, contre 2012 initialement prévu.
Le nouveau calendrier va devoir intégrer "le temps de réflexion de l'Etat entre 2005 et 2006", qui a abouti au recadrage de l'enveloppe budgétaire (164 millions d'euros, contre 220 auparavant). Ce recadrage a eu comme conséquence la décision de confier à une entreprise privée le financement et l'exploitation du parking et de la navette qui doit acheminer les visiteurs jusqu'au Mont.
Le calendrier doit aussi intégrer "le délai de mise en oeuvre de la délégation de service public", a précisé Philippe Duron, tout en se disant confiant quant à la réussite du projet.
"Pour l'instant nous n'avons pas d'inquiétudes par rapport à l'enveloppe budgétaire", a-t-il notamment précisé, signifiant qu'aucun dépassement n'était prévu du fait de ce nouveau calendrier. Ce dernier sera officialisé et précisé en février lors d'une rencontre entre les collectivités territoriales, parties prenantes dans le projet, et l'Etat.
Le syndicat mixte a par ailleurs précisé que le barrage sur le Couesnon, la rivière qui se jette dans la baie, dont la construction a débuté en juin 2006, sera achevé au premier semestre 2009, soit avec environ "huit mois de retard", en raison notamment de "problèmes techniques".
Associé au remplacement de la digue-route actuelle par un pont-passerelle entre le Mont et la terre, le barrage doit permettre un effet "chasse d'eau" destiné à évacuer les tonnes de sédiments accumulés au fil des marées autour du Mont, site le plus visité de France après la Tour Eiffel et le château de Versailles avec plus de trois millions de visiteurs par an.
© AFP

Commentaires

Le chantier du Mont-Saint-Michel prendra plus de temps que prévu

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur