En direct

Le chantier de la LGV Rhin-Rhône est à l'heure

Defawe Philippe |  le 27/10/2006  |  France Côte-d'OrHaut-RhinDoubsTerritoire de Belfort

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Transports
Côte-d'Or
Haut-Rhin
Doubs
Territoire de Belfort
Bas-Rhin
Europe
Transports mécaniques
Valider

Cent jours après le lancement des travaux de construction de la ligne à grande vitesse Rhin-Rhône branche Est, qui doit relier Dijon à Mulhouse via Besançon, "le chantier est en pleine vitesse", a indiqué jeudi Réseau ferré de France (RFF), le maître d'ouvrage.
"On compte environ 70 km de chantier, soit la moitié du tracé de la ligne, 10 marchés sur 15 ont été attribués et toutes les consultations sont lancées pour les autres", a déclaré Marc Svetchine, directeur régional Bourgogne Franche-Comté de RFF, lors d'une conférence de presse.
La construction de la LGV emploie environ 1.000 personnes: "700 dans les entreprises sur le chantier, une centaine sur les travaux de préparation, autant dans les bureaux d'étude, une cinquantaine de RFF, auxquelles il faut ajouter les archéologues, forestiers", a précisé le directeur régional.
"Le chantier se déroule conformément au planning, malgré les intempéries du mois d'août (30 jours de pluie sur 31 en Franche-Comté)", a-t-il ajouté.

La première phase de construction de 140 km s'étend de Petit-Croix (Territoire de Belfort) à Villers-les-Pots (Doubs). "Pour les deux extrémités Petit-Croix/Lutterbach et Villers-les-Pots/Genlis, les études d'avant-projet détaillé sont bien avancées mais nous n'avons pas d'engagement de l'Etat sur la date de réalisation", a précisé M. Svetchine.
Avec la seconde phase, la ligne fera 190 km.

La mise en service du premier tronçon est prévue pour 2012 et permettra de relier Dijon à Mulhouse en 1 heure 10 contre 2 heures 40 actuellement, et Dijon à Strasbourg en 2 heures 10 contre 3 heures 40 aujourd'hui.
Outre le volet SNCF des travaux (194 millions d'euros), le budget du chantier s'élève à 2,3 milliards d'euros auxquels contribuent l'Etat français, RFF, la Suisse et 19 collectivités. La France a sollicité l'Europe à hauteur de 200 millions d'euros mais n'a toujours pas de réponse à ce jour.
(AFP)

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil