En direct

Le chantier de la LGV Lyon-Turin pris d'assaut au Val de Suse

AP |  le 04/07/2011  |  SantéTechniqueEnvironnement

Au moins 76 policiers et carabiniers et une quinzaine de manifestants ont été blessés lors de l'assaut lancé dimanche 2 juillet par des opposants à un chantier du tunnel de la ligne à grande vitesse Lyon-Turin dans le Val de Suse (nord de l'Italie).

Des échauffourées se sont déroulées pendant deux heures dimanche 2 juillet sur le chantier du tunnel de la ligne à grande vitesse Lyon-Turin dans le Val de Suse, avant que les manifestants les plus déterminés ne se dispersent.
Cocktails molotov, pierres, bouteilles remplies d'ammoniaque ont été lancés sur les forces de l'ordre qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes parfois tirés à hauteur d'homme et des jets d'eau.
La police a dénoncé la présence de quelque 2.000 militants d'extrême gauche  (dont 800 de son aile italienne la plus radicale et 300 venus de France, d'Espagne, d'Autriche et d'Allemagne) et a condamné la présence de "black blocks", manifestants violents masqués infiltrés parmi eux. Au moins cinq manifestants ont été arrêtés.

"No Tav"

Le chantier de Chiomonte, dans la zone dite de la Maddalena, pour creuser une descenderie, a commencé début juillet. La France et l'Italie ont signé en 2001 un accord pour la construction de la ligne de TGV Lyon-Turin, jugée stratégique pour le réseau européen, qui doit mettre Paris à 4 heures de Milan (contre 7 actuellement), mais elle suscite une forte opposition dans le Val de Suse.
Déjà lundi dernier, des échauffourées avaient opposé policiers et manifestants "No Tav" ("non à la grande vitesse") dans cette vallée.
Dimanche matin, un flot impressionnant de plusieurs dizaines de milliers de personnes, parties de plusieurs villages, avaient rejoint le site à pied.
Peu après 12H00, de premiers cocktails molotov et grenades lacrymogènes volaient entre forces de l'ordre et petits groupes retranchés dans la forêt sur les flancs de la vallée. Puis, plusieurs centaines de manifestants déterminés confluaient vers le site pour le prendre d'assaut, notamment par l'arrière situé en amont. Certains ont ouvert une brèche dans une première clôture, mais n'ont pu atteindre la clôture du chantier proprement dit, protégée par des policiers anti-émeute.

Héroïsme ou régression culturelle ?

Le leader des "No Tav", Alberto Perino, a revendiqué la victoire de son mouvement: "Nous voulions prendre d'assaut le chantier, nous l'avons fait. Nous avons vaincu". "Nous savons qui utilise la violence en tirant des grandes lacrymogènes à hauteur d'homme", a-t-il remarqué. L'humoriste et alter-mondialiste Beppe Grillo a lancé aux protestataires: "vous faites une révolution extraordinaire, vous êtes tous des héros".
Mais de nombreux hommes politiques italiens, du centre-droit de Silvio Berlusconi comme de la gauche modérée et des Verts, ont condamné les violences des manifestants radicaux, rappelant que le projet ferroviaire vise à favoriser la circulation en Europe.
Dans le quotidien Reppublica, le maire de gauche de Turin, Piero Fassino, a qualifié de "régression culturelle" le refus de "toute infrastructure moderne".

Commentaires

Le chantier de la LGV Lyon-Turin pris d'assaut au Val de Suse

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur