En direct

Le changement dans la continuité pour les cent ans d’ETPO

 Jean-Philippe Defawe |  le 17/01/2014  |  Collectivités localesEntreprisesTravaux sans tranchéeInternationalVendée

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Entreprises
Travaux sans tranchée
International
Vendée
Loire-Atlantique
France entière
Martinique
Valider
Nantes -

Mohamad Ataoui, 55 ans, et Olivier Tardy, 53 ans, présideront désormais les destinées de l’Entreprise de travaux publics de l’Ouest (ETPO) et de sa holding Cife.

Ce 17 janvier, 600 personnes sont invitées à fêter le centième anniversaire de l’entreprise familiale de BTP ETPO qui, du quai des Darses (1913), à Saint-Nazaire, au pont Eric-Tabarly (2011), à Nantes, a laissé sa trace dans toute la région, et bien au-delà.

Créée le 23 décembre 1913 par un groupe d’industriels nantais pour réaliser des travaux maritimes et fluviaux en Basse-Loire, Entreprise de Travaux publics de l’Ouest (ETPO) s’est vite développée sur le littoral puis toute la métropole entre les deux guerres. « A l’époque, ETPO était aussi importante que Dumez », explique Daniel Tardy qui a dirigé l’entreprise familiale à partir de 1971, peu après le décès de son père. Cette période est celle des premiers chantiers prestigieux comme, en 1932, celui de la cale de lancement du paquebot Normandie, à Saint-Nazaire.

Les années africaines

Après la Seconde Guerre mondiale, ETPO prend le large en décrochant d’importants chantiers au Moyen-Orient et en Afrique occidentale française. « Dans les années 1970, le chiffre d’affaires était alors plus important en Côte d’Ivoire qu’en France », raconte Daniel Tardy. Si l’entreprise réalise ensuite quelques chantiers de taille hors de France, comme des passages souterrains à Dubaï (1982) ou le barrage de Manantali sur le fleuve Sénégal (1987), la part de l’export décroît progressivement tandis que les moyens se renforcent sur la métropole. Les années 1990 seront marquées par une volonté de mettre en place un système de management intégré qui se traduira par l’obtention des certifications Qualité (1995), Environnement (2004) et Sécurité (2011).
Grâce à la politique mise en place dès 2007 par Bernard Théret, P-DG de 1998 à 2013, ETPO compte parmi les entreprises françaises les plus en pointe en matière de responsabilité sociale et environnementale (RSE). En 2011, cette politique a d’ailleurs été récompensée par deux Prix Moniteur de la construction (catégories travaux publics et performance environnementale). « Cette démarche de RSE est devenue notre mode de fonctionnement », explique Bernard Théret, qui met en avant d’autres particularités de l’entreprise. Et cet ancien ingénieur de la DDE en Vendée, qui fut donneur d’ordres pour ETPO, de citer sa bonne capacité d’analyse des projets, son savoir-faire technique avec un bureau d’études intégré, son parc matériel spécifique, sa politique de relations humaines (100 % de CDI) ou encore son expérience de l’export, aujourd’hui concentrée au sein de la holding Cife (175 millions d’euros de chiffre d’affaires, 630 salariés). Désormais dirigée par Olivier Tardy - consultant associé pendant vingt-six ans au Boston Consulting Group -, Cife contrôle ETPO (100 millions d’euros de chiffre d’affaires, 330 salariés) et une dizaine d’entreprises de BTP et de promotion immobilière en métropole, dans les Dom et en Californie. Le groupe Cife-ETPO détient également des participations dans des sociétés comme Muréko (bois massif) ou Aéroport du Grand Ouest, avec Vinci.
C’est en Martinique, au sein de Comabat qu’il a dirigée pendant dix-huit ans, que Mohamad Ataoui a fait ses classes. Cet ingénieur, diplômé de l’école Centrale de Nantes, entend conserver les fondamentaux sans se donner d’objectifs de chiffre d’affaires, mais a déjà établi sa feuille de route : développement de la région parisienne, où l’agence créée en 1990 pour les travaux publics s’élargira au bâtiment ; promotion immobilière en collaboration avec la filiale Océanic ; et, comme un clin d’œil à l’histoire de l’entreprise, « nous aurons aussi un regard sur l’export, notamment vers l’Amérique du Nord et les régions d’Afrique francophone et du Nord », précise Mohamad Ataoui.

PHOTO - 769758.BR.jpg
PHOTO - 769758.BR.jpg - © Valery Joncheray/Le Moniteur

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur