En direct

Le centre nautique fait le pari du naturel

jean-jacques talpin |  le 24/06/2011  |  Collectivités localesIndre-et-LoireFrance entière

LOCHES -

Pour la première fois, une baignade naturelle vient d’être intégrée au projet de centre nautique qui a ouvert ses bassins, début juin, à Loches en Touraine. Pour remplacer sa piscine quarantenaire, la communauté de communes Loches Développement a voulu rassembler dans le même ensemble des bassins classiques et une aire de baignade naturelle de 300 m 2 . « Des aires naturelles semblables existent déjà à Combloux ou à Chambord, explique Pierre Louault - le président de la communauté de communes - mais en site individuel, alors qu’à Loches nous avons fait le pari d’un projet global. » Ce bassin naturel est alimenté par une eau sans chlore qui est en permanence oxygénée, puis épurée dans une lagune de 100 m 2 plantée de roseaux, de joncs et d’iris. L’eau est ainsi régénérée, tandis que les rejets servent à l’arrosage des 2 ha d’espaces verts.

La collectivité territoriale avait fixé une enveloppe de 7 millions d’euros HT pour ce projet, conçu par l’architecte Emmanuel Coste et géré par Espace Récréa, qui a été respectée. Pour tenir l’objectif, l’architecte a fait le choix d’un « ensemble simple et sobre » et de techniques constructives originales. Les bassins, installés par l’entreprise Myrtha Pools, sont constitués de blocs d’acier polymérisé, sans coque de béton, avec un sol PVC aux armatures en fibre de verre. L’installation de cette structure autoportante aura permis de gagner plus d’un mois sur les délais.
L’orientation du bâtiment, la récupération de chaleur et la ventilation naturelle permettent de réaliser de substantielles économies. « Nous sommes parvenus à un prix global de 2 200 euros le m 2 contre 2 700 euros en moyenne pour une piscine classique, se réjouit Emmanuel Coste. De même, le prix du m 2 de plan d’eau revient à 6 900 euros contre 10 000 euros en moyenne pour les anciennes piscines. » Le traitement de l’eau devrait entraîner une économie de 36 %. Tous ces résultats doivent se traduire par des coûts de maintenance en baisse de 50 % par rapport à un centre nautique classique.
Un résultat attractif qui pourrait faire de Loches une vitrine des piscines de nouvelle génération pour les villes petites et moyennes.

PHOTO - 567337.BR.jpg
PHOTO - 567337.BR.jpg

Commentaires

Le centre nautique fait le pari du naturel

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX