En direct

Le centre commercial B'Est au top niveau

Philippe Bohlinger |  le 13/07/2018  |  ChantiersMoselleERPCentre commercial

Rompant avec le modèle de la plate-forme unique, le projet tire parti de la topographie du site.

En bordure de l'A4, le complexe commercial B'Est, ouvert le 11 avril à Farébersviller (Moselle), compte séduire une clientèle lorraine et allemande en misant notamment sur son intégration paysagère. Outre la végétalisation de 22 000 m2 de toiture et la plantation de 18 ha d'espaces verts, le promoteur belge Codic a su tirer parti de la topographie particulière du foncier de 30 ha.

« Comme tout promoteur commercial, nous envisagions, en première appro che, d'aménager une plate-forme unique », concède Vincent Xolin, directeur d'opérations chez Codic France. Cependant, les surcoûts sur le lot terrassement et VRD engendrés par la forte pente du terrain risquaient de compromettre l'équilibre économique du projet de 150 M€ TDC initié dès 2004. La solution est venue des ingénieurs en terrassement d'Egis. Ils ont imaginé éclater le complexe en trois plates-formes à des altimétries différentes, variant de 25 m. Cette option a été affinée par le bureau d'ingénierie routière ACC-S, qui a analysé l'articulation entre giratoires, routes départementales et circulation sur le site. Dans la version finale, les 55 000 m2 SP ont été répartis en six plates-formes sur différents niveaux. De haut en bas se succèdent désormais un hyper marché et son mall de 75 boutiques (37 000 m2 ) ; une galerie de petites et moyennes surfaces (10 000 m2 ) ; un restaurant et un « accrobranche » ; un espace multiloisirs et deux restaurants ; un fast-food ; une station- service. Cette configuration atypique pour un centre commercial a également eu pour effet de limiter, depuis le sol, l'impact visuel du parking de 2 000 places.

Le choix retenu par Codic et l'agence SCAU a impliqué de mettre les bouchées doubles sur les études, en amont des premiers coups de pioche en mai 2016. En phase d'avant- projet, Egis Bâtiments a conduit des analyses de cubature poussées en vue d'évaluer les quantités de matériaux à mettre en œuvre. Le groupement Demathieu Bard-Eiffage Construction a apporté sa pierre en optimisant la gestion des remblais-déblais. Il a fait des propositions de recalage des plates-formes de l'ordre d'une trentaine de centimètres. A l'échelle du projet, ces ajustements successifs ont permis la réutilisation sur place de la totalité des 500 000 m3 de déblais.

Ainsi revu, B'Est offrait également l'avantage d'être plus présentable pour atteindre ses objectifs de certifications Breeam niveau « very good » et HQE Aménagement. « Cette dernière se révèle particulièrement exigeante du point de vue du terrassement, en obligeant de conserver le site dans sa configuration la plus naturelle possible », poursuit Vincent Xolin.

Grenello-compatible. L'avènement des lois Grenelle a également contraint le promoteur à adapter son projet aux enjeux écologiques contemporains. Pour cela, il s'est adjoint les services du bureau d'études Ecosphère. Le plan de masse a été modifié pour tenir compte d'une zone de 10 ha à préserver. Les noues ont été talutées plus finement en vue de favoriser la biodiversité. Le projet d'arasement d'un talus autoroutier marquant une séparation avec l'A4 a dû être abandonné.

Maîtrise d'ouvrage : Codic France. Assistance à maîtrise d'ouvrage : Feral & Associés. Maîtrise d'œuvre : SCAU Architecture et Egis Bâtiments.

Entreprise générale : groupement Demathieu Bard (mandataire), Eiffage Construction. Durée des travaux : de mars 2016 à décembre 2017.

Surface : 55 000 m2 SP. Montant des travaux (hors conception) : 61 millions d'euros HT.

PHOTO - 13988_850160_k2_k1_1997904.jpg
PHOTO - 13988_850160_k2_k1_1997904.jpg
Il commande - « Mobiliser des moyens en études »

« Le choix d'un appel d'offres en prix maximum garanti a permis d'associer le groupement d'entreprises générales à la conception du projet. Ses sous-traitants et lui ont réalisé un important travail d'études en amont, complété par la suite par de nombreux allers-retours avec la maîtrise d'œuvre, qui validait ou amendait leurs propositions. L'aménagement de plusieurs plates-formes a toutefois impliqué une vigilance accrue pour conserver son unité au complexe commercial. Nous avons veillé au respect des normes pour les personnes à mobilité réduite, à l'aménagement de cheminements agréables pour les clients, etc.

Les prévisions des économistes de la construction tablaient sur un budget de 18 millions d'euros HT pour le lot terrassement et VRD. C'est un gros poste sur un foncier de 20 hectares, deux bassins d'orage et un bassin de décantation. Nous sommes parvenus à abaisser ce coût à 14 millions d'euros HT. »

%%MEDIA:1917149%%
Il conçoit - « Impliquer nos filiales »

« Plusieurs filiales du groupe Egis ont été impliquées sur la mission de bureau d'études techniques fluides, structure, VRD : Egis Bâtiments Rhône-Alpes pour la conception et la direction de projet compte tenu de son expertise dans l'immobilier commercial, Egis Villes & Transports pour la complexité du volet VRD, et les spécialistes de l'environnement d'Egis Conseil pour la certification Breeam. Le suivi du chantier au quotidien a été assuré par notre antenne Bâtiments Grand-Est.

Dans ce projet de longue haleine, le niveau d'engagement de Codic France et de son AMO Feral & Associés a été appréciable. Pour la partie terrassement, le groupement d'entreprise générale a eu la clairvoyance de recourir à un sous-traitant régional, Muller TP (groupe NGE). La société connaissait le terrain et la nature des matériaux.

Nous avons organisé des réunions dans son agence à 3 km du chantier ! L'association Muller TP-Colas a constitué un duo gagnant. »

%%MEDIA:1917154%%
Il réalise - « S'entourer de connaisseurs »

« Nous avons collaboré étroitement avec les bureaux d'études de nos sous-traitants terrassiers, en vue d'optimiser les déblais et remblais.

Notre proposition de recaler les plates-formes d'une trentaine de centimètres et d'adapter les voiries en conséquence a été un élément clé dans le gain du marché. Bien en amont du chantier, elle a par ailleurs instauré une qualité relationnelle avec la maîtrise d'ouvrage et la maîtrise d'œuvre. Le groupement s'est mis à l'écoute des contraintes de Codic en termes de délais, ce qui a permis d'anticiper ses besoins. Nous nous sommes également entourés de sachants, afin de répondre parfaitement au cahier des charges environnemental. Nous avons détaché un ingénieur QSE pour piloter les contraintes inhérentes à la certification HQE et Breeam, notamment sur les lots VRD et espaces verts. Nous avons par ailleurs sollicité l'assistance, pendant toute l'opération, du bureau d'études vosgien AJir Environnement. »

%%MEDIA:1917159%%

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur