En direct

LE BUREAU ADOPTE LE STYLE START-UP

Olivier Namias |  le 17/09/2018  |  ParisEurope

Une nouvelle logique d'aménagement de bureau, plus décontractée et plus ludique, doit favoriser la créativité et la productivité au travail. Quels sont les atouts et les limites de ce modèle emprunté à l'univers des start-up ?

Renvoyant au rayon des antiquités le débat opposant les open spaces aux bureaux fermés, les modèles d'organisation spatiale issus des start-up se diffusent à vive allure vers l'ensemble du monde du travail. Que ce soit dans les murs même de l'entreprise ou dans des bureaux partagés à la location, ils reflètent surtout un état d'esprit : miser sur le côté décalé, inviter le travailleur à affirmer sa personnalité et à communiquer. Mais la transformation de bureaux en une aire de jeux exhalant l'ambiance d'une colonie de vacances n'est pas sans arrière-pensée. L' objectif de ce type d'aménagement demeure la rentabilité, en encourageant les rencontres et la créativité des usagers, idéalement recrutés parmi les millennials - trentenaires urbains versatiles et demandeurs d'ambiances détendues.

L'escalier, épine dorsale

Avec 300 adresses à Paris, le coworking explose et les opérateurs se multiplient : Kwerk, BAP (Bureau à partager), Spaces, Mamma Works (chaîne d'hôtels Mamma Shelter). Le géant américain WeWork vient d'ouvrir sur les Champs-Elysées sa quatrième adresse parisienne, qui s'ajoute à ses 242 sites à travers le monde. Les solutions d'aménagement que cette ancienne start-up propose s'inscrivent dans les réflexions autour du flex office -la fin des bureaux attribués, au profit d'espaces diversifiés. Elles entendent créer une communauté, quitte à renverser les codes. « Nous pourrions installer l'accueil au dernier étage d'un immeuble offrant une vue panoramique, se targue Nathanael Bengio, architecte d'intérieur. Les cloisons des salles de réunion sont transparentes, dans l'idée que ce qu'une personne aperçoit en passant puisse donner lieu à un échange, germe potentiel d'une collaboration ultérieure. » Une série de stratégies doivent ainsi favoriser la rencontre et la communication entre les locataires, souvent qualifiés de « membres ». Des « pantry islands » - version évoluée du coin café - sont ménagées, toujours dans l'idée d'amorcer des [...]

Cet article est réservé aux abonnés AMC, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur