En direct

«Le BTP va supporter la moitié des 5 Mds € de baisses d’impôt sur le revenu»
Jacques Chanut, président de la fédération Française du Bâtiment (FFB). - © C.BOULZE / Le Moniteur
Interview

«Le BTP va supporter la moitié des 5 Mds € de baisses d’impôt sur le revenu»

Propos recueillis par Barbara Kiraly |  le 13/06/2019  |  Jacques ChanutGNRFFBEntreprisesArtisans

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Vie du BTP
Jacques Chanut
GNR
FFB
Entreprises
Artisans
Négoce
Valider

Jacques Chanut, le président de la FFB, s'insurge. Lors de son discours de politique générale le Premier ministre a acté une augmentation de la fiscalité de l’ordre de 2,2 milliards d’euros pour le BTP.

Edouard Philippe a annoncé lors de son discours de politiques générales, le 12 juin 2019, des coupes budgétaires sur les entreprises.  Comment le BTP va-t-il être impacté ?

Le gouvernement ne reviendra pas sur la suppression de l’avantage fiscal sur le gazole non routier (GNR). Son principe est acté, mais on ne connaît pas encore les modalités de son application. Bercy y travaille. Cela représentera entre 700 et 800 M€ de coûts directs supplémentaires pour nos entreprises du BTP. Mais cela aura aussi des conséquences indirectes sur le coût des matériaux, car le carburant représente 6 à 7% de leur coût d’extraction.

Le Premier ministre a également évoqué la suppression de déduction forfaitaire spécifique…

Depuis 1931, une déduction forfaitaire spécifique allège les charges pour frais les ouvriers et employés, techniciens et agents de maîtrise (Etam), pour prendre en compte le panier repas et les déplacements des compagnons qui se rendent sur le chantier. Cela permet de déduire 10% du salaire brut. La suppression de cet abattement aura un double effet.

D’abord, le salaire brut augmentera, donc les charges sociales qui sont calculées sur cette base aussi, et à la fin, le salaire net diminuera . Cette mesure génèrerait environ 600 M€ de coûts supplémentaires.

"Une hausse de 20% des charges sur le salaire des ouvriers"

Quel sera le second effet pour les entreprises ?
L’augmentation du brut fera automatiquement sortir des ouvriers modestes du dispositif de la  réduction Fillon .Cette mesure consiste à réduire une partie des charges des patronales sur les salaires inférieurs à 1,6 Smic. Elle vise à rendre compétitif les postes aux salaires les moins élevés. Dans une belle entreprise de maçonnerie, environ 80% de la masse de salariale est concernée. Faire franchir une partie de ces salariés au-delà de ce seuil provoquerait un tsunami !

Selon nos calculs sur la masse salariale dans le BTP en 2017,  cela représenterait 700M€ de charges supplémentaires. Sans compter que, depuis 2017, la masse salariale a augmenté, tout comme le niveau des salaires.

Les entreprises de la construction sont-elles en mesure de supporter ces efforts ?
Ces mesures représentent une hausse de 20% des charges sur le salaire des ouvriers. Cette annonce va totalement à l’encontre sur la politique de la création d’emploi sur les salaires les plus bas. C’est incompréhensible ! Au total, ces annonces coûteront 2,1 à 2,2 Mds € au secteur. J’ai du mal à comprendre que le BTP, seul, va réaliser la moitié de l’effort pour assurer les 5 Mds € de baisses d’impôt sur le revenu annoncées par le Premier ministre.

Le gouvernement a une vision erronée du secteur. Les PME ont de l’activité mais elles ne gagnent pas d’argent du fait des marges extrêmement faibles. Leur santé économique se dégrade, à tel point, que les assureurs crédits décotent les PME TPE les unes après les autres. C’est bien la preuve qu’il y a un problème de rentabilité.

Comment allez-vous réagir ?
Nous avons un rendez-vous avec le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire la semaine prochaine, et nous allons travailler avec Olivier Dussopt, secrétaire d’Etat en charge de l’Action et des Comptes Publics, qui sera en charge du dossier sur la suppression de déduction forfaitaire spécifique.

Commentaires

«Le BTP va supporter la moitié des 5 Mds € de baisses d’impôt sur le revenu»

Votre e-mail ne sera pas publié

Crevette72

14/06/2019 18h:57

Le bâtiment et les TP ont de tout temps bénéficié d'avantages fiscaux (exonération de charges, TVA réduite, et autres). Il serait temps que les grands groupes du secteur renvoient l'ascenseur (Bouygues, Vinci, etc...) Arrêtons les niches fiscales qui mettent à bas les finances publiques et ne servent qu'un petit nombre.

Votre e-mail ne sera pas publié

PC

15/06/2019 07h:27

LE RÉSULTAT SERA LE SUIVANT A l'avenir il y aura trois catégories d'entreprises du BTP: 1/ les groupes internationaux qui vivront des grands projets en conception/construction/gestion. Ces entreprises sont insensibles aux décisions de l'état français. 2/ les entreprises de 20 à 300 salariés qui souffriront d'une concurrence impitoyable ainsi que du poids des charges. ce seront des entreprises assistées auxquelles on octroiera des aides sociales pour maintenir tant bien que mal les emplois locaux. 3/ la masse des travailleurs indépendants où le travail au noir se développera sans aucun contrôle.

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 07/2019

Voir

Architectes et ingénieurs face au projet

Architectes et ingénieurs face au projet

Date de parution : 06/2019

Voir

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur