En direct

Le bouteur à transmission électrique à l’essai sur le terrain

PASCALE BRAUN |  le 16/12/2011  |  EntreprisesIndustrieMoselle

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
Industrie
Moselle
Valider

Vinci Terrassement a mis en service le Caterpillar D7E sur un chantier. L’engin a fait la preuve de ses performances.

Les terrassiers français auront mis plus de trois ans à tester in situ le nouveau bouteur D7E lancé par Caterpillar en 2008. L’engin, que le constructeur présentait fièrement comme révolutionnaire, a fait ses premières preuves au printemps sur le chantier de l’Europôle de Willerwald, en Moselle. « Il s’est montré plus performant que le D7R », estime Thibaut Thomas, ingénieur travaux chez Vinci Construction Terrassement. Particularité de l’engin : une transmission électrique. Connu depuis un siècle, utilisé par les locomotives, ce mode de traction connaît un regain d’intérêt avec l’utilisation de moteurs à courant alternatif, gérés par une électronique de puissance moderne. Le principe est le suivant : le moteur Diesel entraîne un générateur. Le courant continu produit est envoyé dans un onduleur qui le transforme en courant alternatif et le distribue vers des moteurs électriques à variation de fréquence, entraînant les barbotins.

Souple, puissant et économique

Deux avantages. D’abord, les moteurs électriques ont un fort couple à basse vitesse. Il n’est plus nécessaire de monter dans les tours et faire fumer le moteur au démarrage, la puissance maximale est disponible instantanément. Ensuite, le moteur Diesel travaille sur une plage beaucoup plus courte : de 1 700 à 2 000 tr/min pour le D7E contre 1 400 à 2 100 tr/min pour le D7R. Et il est beaucoup plus facile de régler le moteur sur une plage réduite pour le faire consommer moins. Vinci Terrassement confirme la stabilité du régime en dépit de quelques variations. Et les gains de consommation ? Le chantier de Willerwald ne requérant qu’un seul bouteur D7, le terrassier n’a pas pu comparer sur un même terrain les consommations respectives réelles. Mais le gain de 20 % de carburant promis lui paraît néanmoins « plausible ». Les conducteurs ont trouvé l’engin étonnamment silencieux, faisant preuve de souplesse et de puissance. Caterpillar met en avant un autre atout de la transmission électrique : la chaîne cinématique comporte moins de pièces mécaniques. Les gains escomptés en matière de maintenance restent cependant à vérifier sur le long terme. Caterpillar lui-même attend encore avant de tirer toutes les conclusions de cette expérience et de décider de sa généralisation.

PHOTO - 603829.BR.jpg
PHOTO - 603829.BR.jpg - © G. Rambaud

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Date de parution : 12/2019

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur