En direct

Le bois polymérisé à la conquête de la France
Les berges des bassins portuaires d'Oslo offrent une référence spectaculaire à Kebony dans les marchés publics. - © © kebony

Le bois polymérisé à la conquête de la France

Laurent miguet |  le 27/04/2018  |  ImmobilierBâtimentFrance entièreGros œuvreBardage

Après un investissement de 19 millions d’euros, le groupe norvégien Kebony mettra en service cet été une unité de production de bois polymérisé près d’Anvers, pour alimenter l’Europe du sud avec ce matériau présenté comme écoresponsable. Aux côtés d’Eric Unia, quatre consultants cherchent à intéresser les prescripteurs publics français de bardage et d’aménagement extérieur.

Objectif France pour Kebony. Comme en Amérique du nord et en Scandinavie, le groupe norvégien compte sur le brevet développé dans les années 90 par l’université canadienne du Nouveau Brunswick pour conquérir sa place dans les marchés publics de l’Hexagone : « Obtenue par des alcools issus de déchets végétaux, la polymérisation à cœur donne au bois une stabilité dimensionnelle et une densité équivalente à celle des essences exotiques, soit 700 kg par m3 », détaille Eric Unia, recruté en mai 2017 en qualité de Country Manager chargé de la  France.

Technique, esthétique et pratique

L’aménagement du port d’Oslo offre l’une des illustrations les plus spectaculaires de la résistance du matériau aux agressions du sel et des alternances gel - dégel. La marque norvégienne insiste sur l’élégance du grisonnement qui patine son matériau, ainsi que sur son absence de toxicité : « Nous fournissons des fabricants de planches de cuisines », souligne Eric Unia.

Grâce à l’alsacien Architecture Bois et à sa marque Grad, Kebony s’est déjà imposé depuis le début de la décennie sur le marché français des terrasses privées et des margelles de piscine. Cette activité bénéficie d'un système de fixation breveté et invisible: une ossature aluminium se cale par clipsage dans les rainures tracées sous les lames.

Sans interférer avec le développement des marchés d'Architecture Bois, Eric Unia et son équipe de consultants lancent le défi des marchés publics avec un an et demi de décalage par rapport à l’Allemagne, où les premières commandes récompensent les efforts commerciaux.

Guerre aux bois exotiques

Fort de son expérience précédente dans la promotion de panneaux de façades isolantes, le Country manager tisse sa toile dans la maîtrise d’oeuvre publique, mais aussi dans le réseau des écoles d’architecture et de paysage, ainsi que dans les salons professionnels : Paysalia en décembre dernier à Lyon, et les rencontres Port, nautisme et littoral, fin mars à Brest.

Alors que la France et l’Allemagne figurent parmi les principaux importateurs européens de bois exotiques, Kebony affûte son argumentation contre ce qu’Eric Unia désigne comme « le troisième fléau mafieux du commerce international, après les ventes d’armes et le trafic de drogue ». Malgré des prix structurellement comparables, le matériau polymérisé bénéficie d’une conjoncture favorable : depuis le début de l’année, les pluies diluviennes sur le Brésil s’ajoutent à la parité euro dollar pour donner l’avantage à Kebony.

Maîtriser l’empreinte carbone

Le country manager n’élude pas la question de l’empreinte carbone de la transformation du radiata : ce pin sans nœuds, importé de Nouvelle-Zélande, entre dans son process à côté des fournitures plus nervurées des essences suédoises. Selon Eric Unia, le transport maritime par conteneur présente un écobilan plus favorable que l’acheminement des pins du nord par voie terrestre. Le choix de l’implantation proche du port d’Anvers, pour la nouvelle unité de production, vise à préserver cet avantage. Avant la mise ne service de son usine belge, le groupe norvégien, détenu par un fond d’investisseurs européens, s’appuie sur son usine de Skien, située à deux heures de route d’Oslo et mise en service industriel en 2009.

Pour l’avenir, les chercheurs du groupe n’excluent pas d’adapter leur procédé à de nouvelles essences : des échanges avec un industriel français portent sur le pin des Landes.

Commentaires

Le bois polymérisé à la conquête de la France

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX