En direct

Le Boa, un train outil qui change les rails à grande vitesse

Hakim Bendaoud |  le 21/12/2012  |  TransportsInternationalFrance entièreEurope

Ce matériel ferroviaire suisse assure, chaque nuit, le remplacement de 800 à 1 000 m de voies.

C’est un train de 590 m de long et de 1 600 t. Une machine imposante, à la hauteur du chantier que Réseau ferré de France (RFF) a confié à TSO, la filiale ferroviaire du groupe NGE. Entre 2009 et 2014, pas moins de 1 548 km de rails doivent être remplacés sur les lignes à grande vitesse Atlantique et Sud-Est ! Comment tenir ces délais sans perturber le trafic ? D’abord en travaillant de nuit, lorsque aucun train ne circule. Ensuite en proposant une solution technique capable de faire gagner le maximum de temps sur chaque étape du chantier. Avec sa composition en quatre parties, organisées comme autant d’ateliers, le Boa, conçu par le fabricant suisse Scheuchzer, est une véritable usine sur rails. Pendant les trois ou quatre heures d’intervention, 90 opérateurs s’affairent chaque nuit dans et autour de la machine. Le Boa réalise au moins six opérations différentes, dont le retrait des rails anciens. Ouvrant la marche, le Boa 812 assure la pose des nouveaux rails à côté des anciens grâce à un système de bras articulés (portique Silad) et de glissières. Le soudage par étincelage-forgeage des nouvelles barres d’acier par segments de 120 m s’effectue au rythme de deux soudures toutes les vingt-cinq minutes. Cette soudure automatique fait la particularité de l’appareil. À charge pour le Boa 822, qui constitue la seconde partie du train, de substituer un rail à un autre. Il desserre les attaches, récupère les anciens rails et installe les nouveaux maintenus à température de travail : 25 °C (en moyenne) afin d’éviter toute déformation. Car, dès le matin, les voies sont rendues à la circulation des trains à grande vitesse. Et ceux-ci doivent être en mesure d’y rouler soit à vitesse réduite (160 km/h ou 220 km/h), soit à vitesse normale (300 km/h à 320 km/h). « Ce train outil nous permet de travailler nettement plus vite que si nous avions à intervenir manuellement. Et cela en rendant un chantier propre, ce qui est évidemment important pour la sécurité de la circulation en journée », précise Jérôme Herlin, directeur de projet de TSO. Ainsi, dans la nuit du 25 au 26 octobre dernier, lors de notre visite, 108 t de rails auront été remplacés, et seize soudures électriques réalisées. Le TGV n’est pas le seul à aimer la vitesse…

PHOTO - 683714.BR.jpg
PHOTO - 683714.BR.jpg - © C. Recoura - NGE

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur