En direct

Le
Imaginé par les architectes Henning Larsen Architects (Danemark) et Keurk Architects (Lille), L’immeuble « Biotope » de 30 000 m² doit pouvoir accueillir dés mars 2019 les 890 agents et 3 700 experts de l'AEM. - © © Keurk

Le "Biotope" de Bouygues n'accueillera pas l'Agence européenne du médicament à Lille

A.P avec |  le 20/11/2017  |  EntreprisesRéglementationEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Immobilier
Entreprises
Réglementation
Europe
Valider

Les Européens votaient ce lundi 20 novembre pour décider où iront les agences de l'UE déménageant de Londres à cause du Brexit. Lors d'un vote à Bruxelles, que des diplomates ont comparé à l'imprévisible concours télévisé de l'Eurovision, seules Milan, Amsterdam et Copenhague sont restées en lice après un premier tour.

3 petits points et s'en va. C'est un score digne d'un chanteur français à l'Eurovision qu'à obtenu la métropole lilloise, candidate à l'accueil de l'Agence du médicament (EMA) appelée à quitter le quartier d'affaires londonien de Canary Wharf suite au Brexit.

Portée depuis le 23 juin 2016 par la région des Hauts-de-France, la Métropole européenne de Lille, la Ville de Lille et la filière économique bio-santé, la candidature de Lille, qui avait pourtant retenu un beau projet immobilier des architectes Henning Larsen Architects (Danemark) et Keurk Architects (Lille) pour Bouygues, le "Biotope", conçu spécialement pour l'EMA, n'a pas su séduire les Européens qui votaient ce lundi 20 novembre.

Au total, 19 villes avaient été proposées au départ pour accueillir l'EMA et ses près de 900 employés, chargée d'évaluer et de superviser les médicaments.  Malheureusement, après un premier tour de vote et à la suite de "marchandages étonnants" en coulisses (voir Focus), selon une source diplomatique, seules Milan (25 points), Amsterdam et Copenhague (20 points chacune) sont restées en lice.

Dans un communiqué, Damien Castelain, président de la Métropole Européenne de Lille a promis qu'il continuerait "d’œuvrer pour faire de la Métropole Européenne de Lille une métropole de référence en Europe et à l’international. C’est l’ambition que je porte depuis mon élection et c’est d’ailleurs le sens de la création de notre délégation permanente à Bruxelles le mois dernier ou encore du partenariat signé avec Londres et son agence de développement économique London & Partners, la semaine dernière."

Tractations

La Commission européenne a livré fin septembre une évaluation des candidatures, basée sur des critères comme l'accessibilité des sites ou les perspectives d'emploi pour les conjoints. Mais elle s'est bien gardée de formuler des préférences, et les Etats membres étaient libres de voter comme ils l'entendent. Ceux qui présentaient des candidats ont donc mené d'intenses campagnes de communication pour vanter les mérites de leurs villes postulantes. Peu d'éléments ont en revanche filtré sur les "marchandages" plus discrets entre capitales.

Réagissant à des articles de presse, le gouvernement italien a ainsi démenti avoir proposé d'augmenter ses contingents militaires dans les pays baltes comme monnaie d'échange pour favoriser la candidature de Milan.

"Je pense que l'équilibre géographique est important", a déclaré lundi matin à Bruxelles le secrétaire d'Etat tchèque aux Affaires européennes Ales Chmelar. "Nous pensons qu'au moins une des agences devrait aller dans un Etat membre récent", a-t-il ajouté, reflétant le point de vue des pays d'Europe centrale. "Sans aucun doute, ce sera une décision politique en fin de compte", a admis le ministre autrichien des Finances, Hans Jörg Schelling.

Le système de vote

Au premier tour, chaque pays dispose de six points pour chaque agence, dont trois à donner à son premier choix, deux à son deuxième choix et un à son troisième choix. Un candidat ne peut l'emporter lors du premier round qu'à condition d'avoir été le premier choix d'au moins 14 pays. Sinon, un second tour a lieu entre les trois candidats ayant eu le plus de points, voire un troisième tour, chacun avec des règles différentes.

Une complexité qui ont amené certains a comparer ironiquement cette procédure de vote à bulletin secret prévue, au concours de chant télévisé de l'Eurovision, dont le vote final est devenu un rituel annuel à l'issue parfois surprenante.

Commentaires

Le "Biotope" de Bouygues n'accueillera pas l'Agence européenne du médicament à Lille

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Traité des baux commerciaux

Traité des baux commerciaux

Date de parution : 12/2017

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur