En direct

LE BIEN-ÊTRE ÉTÉ COMME HIVER

François Ploye |  le 22/11/2018  |  Territoire-de-BelfortFrance entière

4. THERMIQUE -

Avec une diversité d'espaces à traiter (halls, salles d'attente, quais, etc.), souvent ouverts ou semi-ouverts, le confort thermique des gares gagne à être traité en finesse.

Riches en bâtiments patrimoniaux assez remarquables, les gares existantes peuvent se révéler difficiles à traiter sur le plan du confort thermique. En revanche, parmi les gares de conception récente figurent quelques belles réussites bioclimatiques comme les deux gares TGV de Belfort-Montbéliard (90) et de Bellegarde-sur-Valserine (01), conçues par Arep et situées en climat continental ou plus au sud encore, la nouvelle gare TGV de Montpellier Sud-de-France (34) de Marc Mimram. La gare de Belfort-Montbéliard est tempérée en chaud et en froid, hiver comme été, grâce à un puits canadien complété par des sondes géothermiques associées à des PAC. Celle de Bellegarde, outre un puits canadien et des PAC, exploite la circulation naturelle d'air se produisant à l'intérieur de la double peau de sa coupole pour préchauffer l'ambiance intérieure en hiver et la rafraîchir en été.

Échelle du bâtiment et approche globale

Dans les deux cas, ces équipements sont des volumes fermés avec un nombre limité d'accès et une fréquentation relativement réduite au regard de l'affluence que peuvent connaître les grandes gares. Ces conditions permettant d'être efficient et de maîtriser plus facilement les conditions climatiques intérieures. « Ces dernières années, nous avons travaillé avec l' ingénierie thermique plus finement, à plus petite échelle avec des approches de natures différentes. Même s' il demeure très difficile de prévoir le confort d 'un espace public avec des volumes ouverts ou semi-ouverts, l' idée est d 'obtenir de manière ciblée de bonnes conditions de confort y compris dans les gares existantes », souligne Isabelle Le Saux, responsable Design chez Arep.

L'expérience a montré que la notion de confort est multifactorielle. Il faut maîtriser les courants d'air, la température, l'humidité, le phénomène de parois froides, tenir compte de la durée de présence des usagers mais aussi des matériaux, des sièges, de l'ambiance générale, du réel et du ressenti… Tout en consommant le moins possible d'énergie, y compris dans les espaces semi-ouverts. Les bureaux du personnel sont [...]

Cet article est réservé aux abonnés CTB, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur