En direct

Le béton sème le désordre dans l’église

Jean-Sébastien Thomas |  le 24/05/2013  |  Collectivités localesTechniqueBâtimentCharente-MaritimeProduits et matériels

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Technique
Bâtiment
Charente-Maritime
Produits et matériels
Béton
Valider
Royan -

Notre-Dame de Royan (Charente-Maritime), l’église conçue par les architectes Guillaume Gillet et Marc Hébrard est en danger. Les travaux de consolidation, effectués il y a dix ans environ, ne suffisent plus. Une campagne de restauration va être lancée avant l’été pour une durée de trente-huit mois. Edifiée à partir de 1955, inachevée et classée monument historique, cette église est construite en béton. Et c’est ce béton qui est à l’origine des désordres constatés dans l’édifice. « Les problèmes sont liés à la mauvaise qualité du béton et à l’utilisation du sable marin à la place de sable de rivière. La forte salinité dans le matériau est largement responsable des difficultés rencontrées. D’autre part, la mise en œuvre a été négligée. Des armatures acier, peu recouvertes, sont aujourd’hui à nu », constate Philippe Villeneuve, architecte en chef des monuments historiques. Lorsqu’il s’empare du dossier en 2009, il engage des interventions d’urgence avec la purge des éléments qui risquaient de tomber. Dans le même temps, l’architecte et le Laboratoire de recherche des monuments historiques explorent la faisabilité de mise en œuvre de nouvelles technologies visant à redonner au béton ses qualités initiales. Malheureusement, les analyses ont montré l’impossibilité d’appliquer ces technologies à Royan.

Des solutions classiques

« Nous sommes dans l’obligation de revenir aux solutions classiques : purge, passivation des aciers et remplacement des éléments détériorés. C’est ainsi que les toitures seront refaites », précise Philippe Villeneuve. L’opération, sous maîtrise d’ouvrage de la Ville de Royan, se déroulera en cinq tranches : façade ouest, porte principale, bas-côtés nord, bas-côtés sud, terrasses et portiques. La consultation des entreprises a eu lieu en 2011-2012. Les marchés sont en cours de notification. Le coût estimé se monte à 3,1 millions d’euros HT. Comme le souligne le maire, Didier Quentin : « Le budget n’est pas facile à boucler. Nous attendons des aides de l’Etat, la région, le département, la communauté d’agglomération. Nous espérons aussi des dons et du mécénat à travers l’Association de défense de l’église de Royan, qui accompagne et aiguillonne le projet. »

PHOTO - 724278.BR.jpg
PHOTO - 724278.BR.jpg - © NICOLAS TUCAT/REA

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur